Accueil > Alternatives > Des cours universitaires en ligne et gratuits

Alternatives

Des cours universitaires en ligne et gratuits

Orchestre poétique d’avant-guerre

lundi 2 décembre 2013


L’Université catholique de Louvain, l’École normale supérieure, l’École normale supérieure de Lyon, l’École polytechnique, l’École polytechnique fédérale de Lausanne et l’Université de Montréal lancent le portail « Océan », ont annoncé les universités dans un communiqué commun lundi 18 novembre. Ce portail va structurer l’offre francophone de « formations en ligne ouvertes à tous » (FLOTs), des cours francophones en ligne gratuits.

L’Université catholique de Louvain, déjà présente sur une plate-forme internationale destinée à héberger des cours en ligne (edX), compte actuellement deux cours sur ce portail francophone. « Le rôle des universités c’est la construction et la diffusion du savoir. Ici on a une possibilité de diffusion moderne », explique Vincent Blondel, coordinateur du projet Océan pour l’UCL. « Nous n’avons pas d’intérêt financier, les cours sont gratuits. Il s’agit simplement du rôle sociétal de l’UCL. »

« Océan souhaite favoriser le développement d’une offre de FLOTs, qui contribuera à l’enseignement dans les régions francophones », indique le communiqué. « Il s’agit là d’un enjeu de taille pour les 220 millions de francophones dans le monde et les 100 millions de personnes apprenant le français. » « Ces cours permettent à tout un chacun de suivre un cours qui l’intéresse, peu importe sa localisation », indique Vincent Blondel. « Près d’un tiers des gens qui suivent un cours en ligne le font par simple intérêt. Puis il y a aussi les étudiants qui ne sont pas encore inscrits et qui veulent s’informer sur les cours et leurs degrés d’exigence. » Le portail Océan devrait à terme proposer des cours de toutes les facultés de différentes universités francophones belges et internationales.



Merci de soutenir Reporterre :

Info

  • ENQUÊTE - 4 - Comment les agrocarburants ont conduit aux fermes-usines

    Si Sofiprotéol a bâti sa fortune sur les agrocarburants, bien aidés par les pouvoirs publics, il assied désormais sa puissance dans le monde agricole par l’élevage. Rebondissant sur la crise du lait, il s’est positionné comme le leader de l’alimentation animale. Et favorise le développement des fermes-usines pour écouler ses stocks. Avec une nouvelle astuce pour faire accepter le tout : la méthanisation, nouvelle énergie propre à la mode.

  • L’Europe fait une annonce décevante sur le climat

    Emilie Massemin (Reporterre)

    Mercredi 25 février, la Commission européenne a présenté sa stratégie pour une Union de l’Énergie. Laquelle prévoit entre autres des investissements importants dans l’approvisionnement en gaz. Publiée le même jour, la contribution de l’Union européenne à l’accord de Paris est peu précise et n’intègre ni finance, ni adaptation. L’Europe, leader mondial de la lutte contre le changement climatique ? Peut mieux faire...

Tribune

  • Monsieur Hollande, nous n’avons pas besoin de mots, mais d’aide concrète

    Collectif d’ONG

    C’est l’un des pays les plus exposés aux catastrophes naturelles : les Philippines. Et c’est la destination choisie par François Hollande pour un voyage officiel sur le thème du climat, jeudi 26 février. A ses côtés, les ministres Laurent Fabius (Affaires étrangères), Ségolène Royal (Ecologie) et Brigitte Girardin (Francophonie et Développement)… Mais aussi les actrices Mélanie Laurent et Marion Cotillard. Avec une telle délégation, le Président de la République a réussi son coup : faire parler de son voyage. Mais les actes iront-ils au-delà de la communication ? Les ONG s’interrogent. Reporterre a collecté témoignages et prises de positions. C’est la tribune du jour.

  • Les Center Parcs ne créent pas d’emplois

    Nadia Donati

    Pour imposer leurs projets, les promoteurs de Center Parcs mettent en avant les emplois. Mais ces projets ne créent pas ex nihilo des emplois, ils remplacent et détruisent les emplois du secteur. Ils ont les mêmes effets sur le tourisme doux et rural que les sites Amazon sur les librairies, ou que les hypermarchés sur les petits commerces de proximité : plus de chômage.

  • L’agrobusiness : toujours plus d’argent, toujours moins de paysans

    Noël Mamère

    En termes de politique agricole, les pouvoirs publics se couchent toujours « devant la FNSEA, maitre d’œuvre acharné de l’agriculture industrielle », et n’ont d’autre mot à la bouche que celui de « compétitivité ». « Mais que signifie la ’compétitivité’ en agriculture ? Sinon le développement forcené d’un modèle, l’agrobusiness, qui détruit la paysannerie et ne perçoit l’environnement que comme une contrainte. »