Accueil > Ecologie > Notre Dame des Landes : bataille gagnée, pas encore la victoire

Ecologie

Notre Dame des Landes : bataille gagnée, pas encore la victoire

mercredi 10 avril 2013

Les commissions ont remis leurs rapports. Dialogue, compensation, agriculture : sur les trois dossiers, des études supplémentaires sont recommandées. Officiellement, le projet d’aéroport n’est pas abandonné. Mais le chantier ne démarrera pas à court terme.


Les textes des trois rapports publiés le 9 avril sont à télécharger ici


AFP

Un rapport préconise des aménagements à Notre-Dame-des-Landes

La commission chargée de calmer le jeu dans l’épineux dossier de l’aéroport de Notre-Dame des Landes, près de Nantes, a justifié mardi l’utilité du projet controversé. Elle a toutefois préconisé des aménagements afin d’en limiter l’impact environnemental.

Dans ses conclusions, la commission du dialogue estime que "le réaménagement de [l’actuelle aérogare de] Nantes-Atlantique n’apparaît pas (...) comme une solution viable à long terme". Elle souligne notamment que "les perspectives de trafic prévoient d’atteindre 4,2 millions de passagers autour de 2018-2020".

"Actuellement, l’aéroport de Nantes n’est pas saturé, mais le développement du trafic qui est prévisible fait penser qu’il le sera à terme de quelques années", a résumé le président de la commission, Claude Chéreau.

Le rapport remis au ministre délégué aux Transports Frédéric Cuvillier recommande en revanche d’améliorer le projet de Notre-Dame-des-Landes en réduisant notamment "autant que possible" la surface totale de la future infrastructure.

Ses autres recommandations portent sur la réduction de la surface totale du futur aéroport. Elle souligne l’importance de réduire "autant que possible" l’emprise du projet sur les terres agricoles, notamment en réduisant la surface des parcs de stationnement et celles des activités économiques autour de l’aéroport.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, ancien maire de Nantes et fervent partisan du futur aéroport, a immédiatement réagi en réaffirmant dans un communiqué "son attachement à poursuivre la conduite de ce projet", en promettant "dialogue" et "échange constructif".

Mais pour Europe Ecologie-Les Verts (EELV), partenaire du Parti socialiste au sein du gouvernement, les conclusions de la commission au contraire "reportent sine die le projet". A ses yeux, le rapport "démontre surtout que le projet est aussi fragile que mal formaté".

Sur la zone du futur aéroport, les réactions étaient mitigées parmi les opposants, déçus du maintien du projet mais satisfaits de certains éléments des rapports, qui donnent raison selon eux à certains de leurs arguments.


EELV

Pour EEVL, les rapports rendus publics condamnent de fait le projet

La commission du dialogue, le collège d’experts scientifiques et la mission agricole viennent de remettre leurs rapports au Ministre des Transports, M. Cuvillier.

Si la commission du dialogue estime, sortant ainsi de sa feuille de route initiale, que le projet est «  justifié », ses observations, recommandations et conclusions démontrent surtout que le projet est aussi fragile que mal formaté.

En effet, tant sur le dimensionnement de l’aérogare et de la piste, que sur le plan des dessertes routières et ferroviaires, ainsi que sur l’impact agricole et l’emprise foncière, le projet témoigne d’un nombre considérable de failles.

En ce qui concerne l’impact environnemental, la conclusion du collège d’experts est sans appel. La méthodologie proposée est invalidée à l’unanimité d’un point de vue scientifique. D’un point de vue juridique, sauf à s’affranchir de la loi sur l’eau et du droit communautaire, le projet ne peut être autorisé en l’état actuel.

Pour Europe Ecologie – Les Verts, la copie est bien à revoir intégralement. Toutes les interrogations posées depuis des années par les opposants sont aujourd’hui confortées et légitimées.

En l’état, la mise en œuvre de toutes les recommandations formulées dans ces rapports relève de la mission impossible et reporte sine die le projet.




Merci de soutenir Reporterre :

Info

  • Des chrétiens s’engagent dans le combat contre le réchauffement climatique

    Mahaut Herrmann (Reporterre)

    De plus en plus d’initiatives invitent les chrétiens à se saisir de l’enjeu climatique et de la question écologique. Partout dans le monde, les organisations appellent à la mobilisation, et en France les responsables ecclésiastiques tentent de rattraper le retard de la prise de conscience écologique des chrétiens français.

Tribune

  • Les mouvements sociaux doivent converger

    Forum des mouvements sociaux

    Un Forum des mouvements sociaux se tient ce samedi 28 février 2015 à la Bourse du travail de Saint-Denis, où 400 participants sont attendus. Reporterre y participe. « Il s’agit de reprendre l’initiative, de redonner sens à l’action collective en fédérant nos énergies dans la réflexion et dans l’action. » Des responsables associatifs et syndicaux expliquent les raisons et les objectifs de cette réunion.

  • Monsieur Hollande, nous n’avons pas besoin de mots, mais d’aide concrète

    Collectif d’ONG

    C’est l’un des pays les plus exposés aux catastrophes naturelles : les Philippines. Et c’est la destination choisie par François Hollande pour un voyage officiel sur le thème du climat, jeudi 26 février. A ses côtés, les ministres Laurent Fabius (Affaires étrangères), Ségolène Royal (Ecologie) et Brigitte Girardin (Francophonie et Développement)… Mais aussi les actrices Mélanie Laurent et Marion Cotillard. Avec une telle délégation, le Président de la République a réussi son coup : faire parler de son voyage. Mais les actes iront-ils au-delà de la communication ? Les ONG s’interrogent. Reporterre a collecté témoignages et prises de positions. C’est la tribune du jour.