Accueil > Société > Notre Dame des Landes : l’Etat a manipulé les chiffres. Voici comment

Société

Notre Dame des Landes : l’Etat a manipulé les chiffres. Voici comment

Hervé Kempf (Reporterre)

mercredi 5 décembre 2012

Comment faire passer un schéma boiteux pour un projet avantageux ? En manipulant les chiffres. Reporterre révèle le tour de passe-passe qui a permis à l’Etat de faire croire que le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes serait rentable.



Un mot interpelle : celui de « manipulation », employé par le sénateur EELV Ronan Dantec le 17 novembre :

« Lors de l’enquête coût-bénéfice sur le projet, l’Etat a manipulé les chiffres. Au moment de calculer la valorisation en euros des gains de temps permis par le nouvel aéroport, les sommes ont été au moins doublées. Sans cela, l’enquête coût-bénéfice aurait été négative. Cela a été fait sous la responsabilité du préfet de l’époque, Bernard Hagelsteen, aujourd’hui conseiller chez Vinci... Cela contribue à l’extrême fragilité de la légitimité démocratique de ce projet. »

Le propos est grave. Pour comprendre son origine, il faut aller consulter l’« Instruction cadre relative aux méthodes d’évaluation économique des grands projets d’infrastructure de transport », publié en 2005 par le Ministère des Transports.

Ce document précise notamment comment valoriser monétairement les gains de temps de transport permis par les nouvelles infrastructures. Il est le document de référence auquel doivent se référer les agents de l’Etat qui ont charge d’opérer ces valorisations monétaires.

Il explique ainsi, page 34, la « valeur du temps » à prendre en compte pour les « voyageurs interurbains ». Pour les distances inférieures à 50 km, c’est ainsi 8,94 € de l’heure (valeur 2000).

Si l’on applique cette valeur au projet d’aéroport de Notre Dame des Landes, en la projetant en 2025 et en appliquant le taux d’inflation, on arrive à des valeurs s’étageant entre 18,6 € et 20 €, selon les différents scénarios de trafic.

C’est ce qu’observe le rapport du cabinet néerlandais CE Delft, qui a mené une contre-expertise du dossier d’enquête d’utilité publique en 2011, page 20.

L’enquête publique a-t-elle pris ces valeurs, qui découlent de l’Instruction cadre qu’elle devait appliquer ?

Non. Elle a utilisé des chiffres bien supérieurs. On arrive même à 98,10 € pour le scénario 2, qui est considéré comme le plus probable.

98 euros au lieu de 19,25 : c’est une multiplication par cinq !

Or, cette valeur joue un rôle très important, puisqu’elle détermine l’avantage économique du projet d’aéroport. Si elle était inférieure, il n’y aurait plus d’avantage économique, mais au contraire une perte.

Allons vérifier sur pièce, pour bien comprendre.

Il faut retrouver le Dossier d’enquête publique préalable à la déclaration d’utilité publique, du Projet d’aéroport du Grand Ouest Notre Dame des Landes, réalisé en 2006 et ayant conduit au Décret d’utilité publique pris en février 2008.

Dans ce volumineux dossier de plusieurs centaines de pages, on va trouver la clé dans la pièce F :

Les ingénieurs néerlandais de CE Delft ont-ils raison ? Où ont-ils trouvé le quintuplement de la valeur normale ?

Eh bien, dans le deuxième volume de la Pièce F, page 97 :

Que veut dire ce tableau ? Qu’en 2025 (deuxième colonne), l’aéroport fait gagner 312 000 heures ce qui génère des « avantages » de 30,6 millions d’euros par an, soit plus de 900 millions sur trente ans.

On divise 30,6 millions par 312 000 et l’on voit que l’heure gagnée est valorisée à 98,10 €.

Au lieu de 19,25 €, si l’on suivait les instructions officielles du ministère des Transports.

Joli tour de passe-passe, non ?

Le quintuplement des chiffres, qui n’est pas justifié dans le texte, a une lourde conséquence : il permet de présenter comme économiquement avantageux un projet d’aéroport qui, si l’on avait suivi la méthode recommandée, serait apparu comme déficitaire.

Cette manipulation pose de nombreuses questions :

- qui l’a opéré ?

- a-t-elle été couverte par les autorités préfectorales de l’époque, dont le préfet Bernard Hagelsteen, qui travaille maintenant chez Vinci ?

- pourquoi le Conseil d’Etat n’a-t-il pas vu ce manquement évident à la méthode officielle d’expertise ?

Et par ailleurs, et c’est essentiel : avant toute discussion, va-t-on reprendre l’expertise économique de ce projet, en écoutant tous les experts, et pas seulement ceux qui, pour des raisons qui restent à éclaircir, ont intérêt à présenter ce projet sous le jour le plus favorable ?


La suite : La DGAC a fini par répondre… en février 2013, à notre enquête. Elle s’enferre. Lire : Le mystère des 911 millions.


Source : Hervé Kempf pour Reporterre

Première mise en ligne sur Reporterre le 3 décembre 2012.

Cet article est repris sur le site ami Rue89, avec l’accord de Reporterre.

Il a aussi fait l’objet d’un reportage sur la chaine de télévision TF1 News (intéressant, mais hélas, il y a 28 secondes de publicité avant le sujet).

Consulter par ailleurs : Dossier Notre Dame des Landes


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :


Merci de soutenir Reporterre :

Info

  • L’agriculture mondiale va être durement affectée par le changement climatique

    Emilie Massemin (Reporterre)

    Sécheresses, pluies diluviennes, typhons, manque d’eau ou maladies, le changement climatique représente un risque majeur pour l’agriculture mondiale. Les rendements en céréales ont déjà commencé à baisser dans certaines régions du monde. Le continent africain est particulièrement touché.

  • A Sivens, les milices de la FDSEA multiplient les agressions dans l’impunité

    Grégoire Souchay (Reporterre)

    Un nouveau cap a été franchi ce mercredi dans la stratégie de la tension imposée par la FDSEA du Tarn. Alors qu’un convoi alimentaire tentait d’être acheminé depuis Gaillac pour alimenter la zone du Testet en vivres, les attaques des pro-barrages se sont multipliées. Récit d’une journée folle, devenue le quotidien à Sivens.

Tribune

  • Mieux vaut partager le travail qu’étendre le temps partiel

    Barbara Romagnan

    L’extension du temps partiel est une fausse bonne idée : elle se ferait surtout par les travailleurs précaires et par les femmes, accroissant les inégalités. Une réduction globale du temps de travail est une meilleure solution.