Un forage de pétrole de schiste programmé le 3 août en Seine-et-Marne

27 juillet 2013 / Stop gaz de schiste



Au coeur de l’été, la compagnie pétrolière Hess Oil France prévoit de forer à la recherche de pétrole de schiste en Ile-de-France. Un rassemblement d’opposants aura lieu le même jour.


Rassemblement au lieu-dit La Petite Brosse sur le territoire de la commune de Jouarre (77640).

ALERTE FORAGETROLE DE SCHISTE EN SEINE ET MARNE

Ce rassemblement aura lieu le samedi 3 août à partir de 14 heures, devant la plateforme d’exploration pétrolière érigée par l’entreprise Hess Oil.

Depuis le 14 juillet, le jour de la déclaration de François Hollande - « Tant que je suis président, il n’y aura pas d’exploration du gaz de schiste en France » - une foreuse est pourtant installée sur la plateforme de Jouarre.

Certes, à Jouarre, comme pour toutes les plateformes du bassin parisien, les pétroliers ne cherchent pas du « gaz de schiste », ils cherchent du « pétrole de schiste ». Et la déclaration du Président de la République ne concerne que le gaz.

Par ailleurs, le discours officiel de Hess Oil France, prétendant ne chercher que du « pétrole conventionnel », est en contradiction avec les documents administratifs les autorisant à forer.

Ces autorisations, données en 2010, concernent uniquement la recherche de pétrole « non-conventionnel », c’est-à-dire le « pétrole de schiste ».

Le démarrage du forage est imminent. Le 3 août, en venant devant la plateforme qui sera en activité ce jour là, vous pourrez dire votre opposition à cette première phase d’exploration du pétrole de schiste.



Source : Stop gaz de schiste

Photo : Collectif du pays Fertois - avec information sur le rassemblement du 3 août.

Lire aussi : Le gouvernement cède lentement mais sûrement sur le gaz de schiste

29 juillet 2015
Alerte ! Suzukii, la mouche ravageuse, déprime la production française de fruits
Info
31 juillet 2015
A Saint-Denis, les habitants résignés face au changement climatique
Reportage
30 juillet 2015
Des arbres fruitiers rassemblent les habitants de La Chapelle, à Paris
Alternative


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre