Accueil > Ecologie > Notre-Dame-des-Landes : 3.000 manifestants à Paris

Ecologie

Notre-Dame-des-Landes : 3.000 manifestants à Paris

Le Télégramme

dimanche 13 novembre 2011


La Tracto-vélo a atteint son but : les tracteurs et vélos, venus de l’Ouest, ont pu entrer, hier, dans Paris. Rejoints par des milliers de personnes, ils ont défilé, de la Porte d’Orléans au palais du Luxembourg, pour dénoncer le projet d’aéroport de Notre-Dame-des- Landes, près de Nantes.

Hier, au moins 3.000 personnes, arrivées en majorité de l’Ouest, ont pris d’assaut la capitale. Cinq tracteurs, dont l’entrée dans Paris avait été interdite par le ministère de l’Intérieur, ont déjoué les forces de l’ordre à 5h et ont pris position aux abords du Sénat. Avec les engins agricoles, 70 cyclistes avaient également parcouru les 400km qui les séparaient de Paris. Les manifestants ont remonté, sans incident, le boulevard Saint-Michel jusqu’aux jardins du Luxembourg, qui abritent le palais du Sénat, en présence d’un fort dispositif policier.

« Oui aux moutons non aux avions »

« Oui aux moutons, non aux avions » : les opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, dont les travaux doivent commencer en 2014, n’ont eu de cesse de dénoncer un projet qu’ils jugent « inutile ». Il empiète, selon eux, sur des terres agricoles, dédiées à l’élevage et aux cultures fourragères, « pourvoyeuses d’emplois ». Certains manifestants étaient déguisés en vaches, en paysans ou en fermières, outils à la main, s’égosillant contre un projet qui ne vise, selon l’un d’eux, qu’à « faire plaisir à Vinci » - le groupe missionné pour la construction du nouvel aéroport.

José Bové en tête de cortège

Quelques animaux de la ferme, vaches, moutons, chèvres, agrémentaient le cortège, mené par José Bové, eurodéputé écologiste (EELV). « Tout au long du parcours, ceux qui sont venus à vélo ont reçu un merveilleux accueil de la population », s’est réjoui JulienDurand, de la Coordination des opposants au projet. « Ce combat est devenu une cause nationale, on n’a plus besoin d’expliquer. Tout le monde nous rejoint dans la nécessité de défendre les terres agricoles ».

L’idée, qui date maintenant de plus de 40 ans, est de remplacer l’aéroport actuel, Nantes-Atlantique à 10km au sud-ouest de la ville, par un aéroport plus étendu, quelque 25km au nord. Après l’enquête publique en 2006, la déclaration d’utilité publique en février2008, et, en décembre dernier, , l’attribution de la réalisation et de la concession pour 55 ans au groupe Vinci, l’ouverture de l’aéroport est prévue en 2017.



Source : http://www.letelegramme.com/ig/gene...

Lire aussi : La « tracto-vélo » contre l’aéroport fou monte à Paris

Info

  • Près de Paris, le maire d’Elancourt veut édifier… une station de ski

    Flora Chauveau (Reporterre)

    Une station de ski sous dôme pourrait voir le jour à Elancourt (Yvelines), à une trentaine de kilomètres de Paris. Installée sur une friche végétale, le projet entraînerait une forte consommation d’énergie. La contestation locale monte et propose une alternative : soigner la forêt naturelle en croissance sur le site.

  • Les Calanques : leur parc national, leurs cabanons et leurs eaux polluées

    Clément Chassot (Reporterre)

    Dernier parc national en date, les calanques marseillaises sont connues pour leurs criques incomparables. Mais les rejets d’eaux usées de la métropole voisine ou ceux de lourds déchets industriels en pleine mer restent le gros point noir de ce site exceptionnel.

Tribune

  • Ne rêvez pas, Mme Royal, le prix de l’électricité ne peut qu’augmenter

    Benjamin Dessus

    Jeudi dernier, Ségolène Royal a annoncé l’annulation de la hausse de 5 % des tarifs EDF qui devait intervenir au début du mois d’août. Mais la ministre recule l’échéance : les prix de l’électricité sont structurellement à la hausse. Il vaudrait mieux s’y préparer en organisant les économies d’électricité.

  • Climat : Le Bourget doit être la conférence du peuple

    Yann Fiévet

    Il reste « cinq-cents jours » pour sauver le climat ! Cinq-cents jours avant la conférence du Bourget. Mais l’on ne peut se focaliser sur une conférence dont la duplicité des participants est connue et dont les actes n’ont jamais reflété les paroles. Pour sauver le climat c’est bel et bien par une profonde et puissante mobilisation citoyenne qu’il faudra passer. Mobilisation qui devra durer après la conférence du Bourget...

  • Le Sauvage, pionnier de la presse écologiste

    Mathieu Albouy (Reporterre)

    L’écologie politique est le produit d’une histoire. Ses fondamentaux viennent de l’agitation politique et culturelle des années 1970. La presse écologiste a joué un rôle essentiel pour la faire émerger et l’installer dans le paysage français. Le Sauvage, de 1973 à 1980, fut le plus lu de ces périodiques.