Accueil > Ecologie > Notre-Dame-des-Landes : 3.000 manifestants à Paris

Ecologie

Notre-Dame-des-Landes : 3.000 manifestants à Paris

Le Télégramme

dimanche 13 novembre 2011


La Tracto-vélo a atteint son but : les tracteurs et vélos, venus de l’Ouest, ont pu entrer, hier, dans Paris. Rejoints par des milliers de personnes, ils ont défilé, de la Porte d’Orléans au palais du Luxembourg, pour dénoncer le projet d’aéroport de Notre-Dame-des- Landes, près de Nantes.

Hier, au moins 3.000 personnes, arrivées en majorité de l’Ouest, ont pris d’assaut la capitale. Cinq tracteurs, dont l’entrée dans Paris avait été interdite par le ministère de l’Intérieur, ont déjoué les forces de l’ordre à 5h et ont pris position aux abords du Sénat. Avec les engins agricoles, 70 cyclistes avaient également parcouru les 400km qui les séparaient de Paris. Les manifestants ont remonté, sans incident, le boulevard Saint-Michel jusqu’aux jardins du Luxembourg, qui abritent le palais du Sénat, en présence d’un fort dispositif policier.

« Oui aux moutons non aux avions »

« Oui aux moutons, non aux avions » : les opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, dont les travaux doivent commencer en 2014, n’ont eu de cesse de dénoncer un projet qu’ils jugent « inutile ». Il empiète, selon eux, sur des terres agricoles, dédiées à l’élevage et aux cultures fourragères, « pourvoyeuses d’emplois ». Certains manifestants étaient déguisés en vaches, en paysans ou en fermières, outils à la main, s’égosillant contre un projet qui ne vise, selon l’un d’eux, qu’à « faire plaisir à Vinci » - le groupe missionné pour la construction du nouvel aéroport.

José Bové en tête de cortège

Quelques animaux de la ferme, vaches, moutons, chèvres, agrémentaient le cortège, mené par José Bové, eurodéputé écologiste (EELV). « Tout au long du parcours, ceux qui sont venus à vélo ont reçu un merveilleux accueil de la population », s’est réjoui JulienDurand, de la Coordination des opposants au projet. « Ce combat est devenu une cause nationale, on n’a plus besoin d’expliquer. Tout le monde nous rejoint dans la nécessité de défendre les terres agricoles ».

L’idée, qui date maintenant de plus de 40 ans, est de remplacer l’aéroport actuel, Nantes-Atlantique à 10km au sud-ouest de la ville, par un aéroport plus étendu, quelque 25km au nord. Après l’enquête publique en 2006, la déclaration d’utilité publique en février2008, et, en décembre dernier, , l’attribution de la réalisation et de la concession pour 55 ans au groupe Vinci, l’ouverture de l’aéroport est prévue en 2017.



Source : http://www.letelegramme.com/ig/gene...

Lire aussi : La « tracto-vélo » contre l’aéroport fou monte à Paris

Info

  • La grenade « offensive » qui aurait tué Rémi Fraisse au cœur de la polémique

    Gaspard Glanz et Camille Martin (Reporterre)

    Rémi Fraisse a-t-il été tué par une grenade offensive ? Alors que les premiers éléments de l’enquête semblent attester cette hypothèse, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé la suspension de l’utilisation de cette grenade qui suscite le débat. Reporterre fait le point sur le recours à cette arme lors des manifestations et sur les réactions politiques.

Tribune

  • Désobéissance civile contre Center Parcs à Roybon, où la destruction de la forêt se prépare

    Des habitant-e-s contre le projet de Center Parcs à Roybon

    Près de Grenoble, à Roybon, les travaux du Center Parcs se préparent, alors que les citoyens sont contre et que les experts ont rendu un avis défavorable sur ce projet socialement et environnementalement destructeur. Face à ce déni de démocratie, la seule solution semble être la désobéissance civile. Des citoyens ont mené une action mercredi 29 octobre.

  • Thomas Sankara, le président qui roulait en Renault 5

    Christophe Goby (CQFD)

    Thomas Sankara, président du Burkina Faso de 1983 à 1987, est devenu un mythe de courage et de dignité. Assassiné en 1987, il avait fait de l’anti-impérialisme son combat. Un président intègre, dont le souvenir reste gravé dans la mémoire des peuples, alors qu’en ce moment même, au Burkina, les jeunes s’opposent au nouveau coup de force constitutionnel de l’actuel président, Blaise Compaoré.

  • EDITO - Un crime du pouvoir socialiste

    Hervé Kempf (Reporterre)

    Le décès de Rémi Fraisse au Testet est le résultat d’un crime : celui des responsables socialistes qui ont piétiné la loi et la démocratie pour ne laisser d’autre issue que la violence.