Accueil > Ecologie > En Lozère, EELV prend position contre l’éolien industriel

Ecologie

En Lozère, EELV prend position contre l’éolien industriel

Claude Lhuillier

lundi 19 mars 2012

« Le développement des unités industrielles de production d’énergie renouvelable (éoliennes mais aussi fermes photovoltaïques) est un nouvel encouragement à la fuite en avant de la consommation énergétique, et vous n’avez aucune raison d’y sacrifier nos espaces naturels qui constituent la principale richesse non délocalisable de notre département. »


Madame, monsieur le maire,

Comme tous les maires et élus de la Région vous allez recevoir prochainement pour avis le projet de volet éolien du schéma régional « Climat-Air-Energie », lequel doit être adopté avant le 30 juin (ou au plus tard le 30 septembre 2012). Les grandes lignes de ce document sont connues et ont été présentées à Montpellier le 8 novembre dernier.

En Lozère, le Parc National des Cévennes et le grand site des gorges du Tarn et de la Jonte sont les seuls espaces naturels protégés juridiquement. En l’absence de tout autre type de zone protégée, le reste du département, comme 80 % du territoire régional, a été classé zone favorable au développement de l’éolien sous réserve de la prise en compte d’enjeux environnementaux jugés « forts ». Mais déjà et sans attendre la publication du schéma régional, 40 éoliennes tournent ou ont obtenu leur permis de construire. Six Zones de Développement de l’Eolien [ZDE] en cours d’instruction vont permettre la construction de dizaines de machines qui vont impacter lourdement nos paysages. L’approbation de ce Schéma Régional sera un nouveau pas dans cette direction.

L’abandon programmé de l’électronucléaire et la réduction de la dépendance vis à vis des énergies carbonées sont des objectifs impératifs pour notre survie. On ne pourra les atteindre sans, simultanément, mettre en œuvre des mesures massives de réduction de la consommation énergétique, encourager la sobriété et l’efficacité énergétique et développer les énergies renouvelables. C’est seulement dans ce cadre que le développement de l’éolien se justifierait. Alors et seulement alors, vous pourriez accepter de voir modifier les paysages auxquels nous sommes tous attachés, tout en cherchant bien sûr à en réduire les impacts.

Vous ne pouvez pas juger de l’intérêt d’un projet de production énergétique simplement à l’aune de ses retombées directes sur le budget de votre collectivité. Nous comprenons bien votre souci quotidien de recherche de financement, mais il serait dommage que le nécessaire débat sur la transition énergétique soit pollué par un probléme dont la solution est ailleurs.

Les collectivités locales, à une échelle restant à définir, doivent se réapproprier la politique énergétique :

- pour rapprocher les sites de production et les zones de consommation et diminuer ainsi les pertes en ligne (8% de la production) ;

- pour impulser au plus près des usagers une politique de sobriété et de lutte contre le gaspillage ;

- pour encourager les petites unités de production d’énergies renouvelables (éolien, photovoltaïque,…) ;

- pour ne pas laisser les intérêts privés gérer un bien public vital ;

- pour lutter contre la précarité énergétique.

En l’absence d’une telle politique, le développement des unités industrielles de production d’énergie renouvelable (éoliennes mais aussi fermes photovoltaïques) apparaît comme un nouvel encouragement à la fuite en avant de la consommation énergétique, et vous n’avez aucune raison d’y sacrifier nos espaces naturels qui constituent la principale richesse non délocalisable de notre département.

Europe Ecologie Les Verts vous demande donc de rejeter le Schéma Régional Eolien tel qu’il va vous être présenté. La politique de transition énergétique et de préservation des espaces naturels que nous espérons mettre en œuvre avec tous les élus conscients des véritables urgences pour notre avenir redonnera tout son sens au développement des énergies renouvelables. Vous pourrez alors vous prononcer sur l’implication de votre territoire dans cette grande mutation écologique.



Source : Courriel à Reporterre. Lettre datée du 24 février 2012.

Claude Lhuillier est porte-parole du groupe Europe Ecologie Les Verts de Lozère.

Consulter par ailleurs : Dossier : l’éolien est-il écologique ?

Info

  • Près de Paris, le maire d’Elancourt veut édifier… une station de ski

    Flora Chauveau (Reporterre)

    Une station de ski sous dôme pourrait voir le jour à Elancourt (Yvelines), à une trentaine de kilomètres de Paris. Installée sur une friche végétale, le projet entraînerait une forte consommation d’énergie. La contestation locale monte et propose une alternative : soigner la forêt naturelle en croissance sur le site.

  • Les Calanques : leur parc national, leurs cabanons et leurs eaux polluées

    Clément Chassot (Reporterre)

    Dernier parc national en date, les calanques marseillaises sont connues pour leurs criques incomparables. Mais les rejets d’eaux usées de la métropole voisine ou ceux de lourds déchets industriels en pleine mer restent le gros point noir de ce site exceptionnel.

Tribune

  • Ne rêvez pas, Mme Royal, le prix de l’électricité ne peut qu’augmenter

    Benjamin Dessus

    Jeudi dernier, Ségolène Royal a annoncé l’annulation de la hausse de 5 % des tarifs EDF qui devait intervenir au début du mois d’août. Mais la ministre recule l’échéance : les prix de l’électricité sont structurellement à la hausse. Il vaudrait mieux s’y préparer en organisant les économies d’électricité.

  • Climat : Le Bourget doit être la conférence du peuple

    Yann Fiévet

    Il reste « cinq-cents jours » pour sauver le climat ! Cinq-cents jours avant la conférence du Bourget. Mais l’on ne peut se focaliser sur une conférence dont la duplicité des participants est connue et dont les actes n’ont jamais reflété les paroles. Pour sauver le climat c’est bel et bien par une profonde et puissante mobilisation citoyenne qu’il faudra passer. Mobilisation qui devra durer après la conférence du Bourget...

  • Le Sauvage, pionnier de la presse écologiste

    Mathieu Albouy (Reporterre)

    L’écologie politique est le produit d’une histoire. Ses fondamentaux viennent de l’agitation politique et culturelle des années 1970. La presse écologiste a joué un rôle essentiel pour la faire émerger et l’installer dans le paysage français. Le Sauvage, de 1973 à 1980, fut le plus lu de ces périodiques.