Accueil > Société > Plaidoyer pour Eva Joly

Société

Plaidoyer pour Eva Joly

Geneviève Lebouteux

vendredi 23 mars 2012


Y aura-t-il au cours de la campagne présidentielle, un media qui listera ce que chacun des candidats a fait concrètement pour la collectivité jusqu’à présent ? Ce serait très instructif [i].

Les Français connaissent un morceau de l’histoire d’Eva Joly : jeune fille au pair norvégienne devenue française il y a 40 ans et ensuite juge implacable dans l’affaire Elf, ayant mis en examen de hauts dirigeants.

Ayant lu ses précédents livres, j’avais voté pour elle à la primaire écologiste, non sans hésitation toutefois. Sa force de caractère, sa sincérité, sa connaissance de l’oligarchie, acquise autant dans les dossiers que dans les face à face vécus, m’ont paru déterminantes pour être crédible et solide dans la campagne électorale. Nicolas Hulot, tout à fait sincère et engagé lui aussi, avait d’autres atouts : son charisme, sa facilité de communiquer son énergie et son enthousiasme… mais pas les atouts d’Eva qui m’ont paru et me paraissent toujours déterminants.

Je découvre aujourd’hui, dans son dernier livre, Sans tricher, qu’Eva Joly a travaillé toute sa vie au service du bien commun. Elle ne s’est pas contentée de dénoncer ce qui ne va pas, elle a œuvré concrètement pour améliorer le sort du plus grand nombre, travaillant sans relâche, en collaboration avec d’autres personnes honnêtes et courageuses, imaginant de nouvelles solutions et les mettant en œuvre.

Des exemples :
- Son poste au Comité interministériel de restructuration industrielle, au sein du Ministère du Trésor où elle cherchait et trouvait des solutions d’aides aux entreprises en difficulté, évitant ainsi des dépôts de bilan et des licenciements ;
- Sa carrière de juge d’instruction spécialisée dans les dossiers financiers, domaine d’investigation qu’elle a largement contribué à développer au sein de la magistrature ; ses huit années de combat très rude dans l’affaire Elf : corruption, blanchiment, collusion des élites politiques avec les multinationales… maintenant on sait davantage ce qui se passe ;
- Son travail pour le gouvernement norvégien de soutien aux luttes contre la corruption dans le monde : avec d’autres, elle a aidé des gouvernements du Sud à renégocier les contrats infâmes que les multinationales avaient mis en place pour piller ces pays, en corrompant leurs dirigeants. En Zambie, une telle renégociation a permis de passer le montant versé par une multinationale d’exploitation du cuivre au pays de 50 à 450 millions de dollars [ii], une hausse infiniment plus importante que ce qu’apporte « l’aide au développement » ; elle a aussi créé un pôle d’entraide, y compris financière, pour les personnes qui luttent contre la corruption partout dans le monde [iii]

Méritons-nous une personne aussi remarquable qu’Eva Joly ? C’est ce que je finis par me demander, même si je ne suis pas à l’aise avec ce mot « mériter ». C’est certain qu’Eva Joly est une personnalité forte, qui tranche avec des candidats aux personnalités nettement plus « rétrécies » : qu’ont-ils fait concrètement dans leurs vies, pour le bien commun, tous ces beaux parleurs ?

Les principaux médias sont bien sûr co-responsables du faible poids dans les sondages de notre candidate : au service de l’oligarchie [iv], ils ne promeuvent pas une remise en cause profonde du système en place. Mais ils ne sont pas les seuls : nous tous les Français, et jusqu’au sein d’Europe Ecologie les Verts, voulons-nous vraiment être bousculés dans nos habitudes, dans notre bipartisme confortable et malheureusement loin d’être à la hauteur des véritables enjeux ?

Dans cette élection présidentielle de 2012, Europe Ecologie les Verts a la chance d’avoir un programme sérieux qui prend en compte les véritables enjeux pour la survie de l’humanité, qui ouvre des voies pour la transition vers une nouvelle société, résiliente, sobre et juste ; nous avons la chance d’avoir une candidate exceptionnelle qui n’a plus rien à prouver sur la sincérité et la force de son engagement… Et les sondages nous accréditent d’un score très faible !

Sans doute les sondages mesurent-ils le bon degré de «  com » [communication] des candidats ? Eva Joly n’est pas de ceux qui se mettent facilement en avant : elle a sur ce point le double handicap d’être femme et d’être norvégienne. Elle perçoit le côté un peu ridicule de cette mise en avant, elle a conscience qu’elle a agi avec d’autres et qu’elle n’est pas plus exceptionnelle que bien des personnes qu’elle a rencontrées, qui œuvrent dans l’ombre, au service du bien commun. Ces personnes se tiennent en général bien loin du milieu politique, elles mesurent la distance entre ce monde et le leur. Et tout cela contribue aussi à l’éloignement des Français envers la politique.

A nous de mettre en valeur Eva Joly ! Sa personnalité devrait rendre bien pâles les autres candidats.

Le site de la campagne d’Eva Joly

................................

Notes :

[i] On peut déjà voir le Véritomètre d’I-télé : Eva Joly est la candidate qui cite les chiffres les plus justes.

[ii] Curieusement, le président de Zambie est mort rapidement après cette renégociation et son successeur a fait revenir le pays à la case départ

[iii] Cf documentaire « Le club des incorruptibles » réalisé par Hege Dehli, diffusé sur Arte le 1er novembre 2011

[iv] A voir : le documentaire « Les nouveaux chiens de garde »



Source : http://www.lebouteux2012.fr/

Photo : Iceland weather Report

Consulter par ailleurs : DOSSIER : Joly et Hulot

Info

  • Ça y est ! J’ai compris ce qu’est la permaculture !

    Lorène Lavocat (Reporterre)

    La permaculture, tout le monde en parle, mais personne ne sait vraiment de quoi il s’agit. Une branche radicale de l’agroécologie ? Une nouvelle tendance New Age ? Notre reporter s’est rendue à un week-end d’initiation, pour tenter de lever le voile.

Tribune

  • En Charente-Maritime, Vinci veut construire un hyper-incinérateur... hyper inutile

    Paul Delègue

    En Charente-Maritime, Vinci mène un projet d’incinérateur de déchets ménagers. Problème : il est inutile. Une politique volontaire de réduction des déchets permettrait aux incinérateurs actuels d’absorber les besoins. Mme Royal a exprimé son opposition, mais de volte-face politique en renoncement des maires, le projet suit son cours...

  • CHRONIQUE - Et si on imaginait la fin de l’emploi ?

    Vincent Liegey

    Il faut questionner la notion de travail pour sortir d’une vision productiviste de la vie, qui sert surtout les tenants d’un système profondément inégalitaire. S’échapper de la « sacro-sainte croissance », « décoloniser nos imaginaires travaillistes afin de remettre l’économie et une vision comptable de la vie à leur place et sortir de la centralité de la valeur travail ! »