Accueil > Société > Le Front de gauche tient les clés du futur, selon M. Mélenchon

Société

Le Front de gauche tient les clés du futur, selon M. Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon

lundi 23 avril 2012

Le candidat du Front de gauche a reçu 11,1 % des voix lors du scrutin présidentiel du 22 avril. Voici sa déclaration du soir même.


Que vous êtes nombreux ! Mes amis, pour autant qu’elles soient fiables, les premières estimations qui nous sont données nous permettent de tirer quelques enseignements.

Le premier enseignement qui s’impose est que notre peuple semble bien déterminé à tourner la page des « années Sarkozy ». Le total des voix des droites, dans toutes leurs composantes, recule par rapport à 2007. Mais l’extrême-droite est à un haut niveau : nous avons donc eu raison de concentrer notre campagne sur l’analyse et la critique radicale des propositions de l’extrême-droite. Nous avons eu raison de le faire, et si nous ne l’avions pas fait, peut-être le résultat, ce soir, serait-il encore plus alarmant. Il l’est ! Alors c’est le moment pour moi de dire combien nous nous sommes sentis seuls, à certains moments, dans cette bataille : l’un imitait, l’autre ignorait. Nous avons porté sur notre dos l’essentiel du combat. Honte à ceux qui ont préféré nous tirer dessus plutôt que de nous aider ! Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l’extrême-droite contre nous.

A cette heure, c’est le score du Front de Gauche qui tient la clé du résultat final dans ses mains.

C’est donc vous tous – et non pas moi, bien sûr – qui avez cette décision car, à la vérité, nous aurons été la force politique nouvelle, la seule qui ait percé et qui soit née dans cette élection. C’est nous, dès lors, qui avons les clés du résultat.

Je vous appelle en conscience à assumer pleinement cette responsabilité sans vous occuper des commentaires, des impressions, des petits jeux de pronostics auxquels j’invite à ce que personne ne s’abandonne. Et je le redis très clairement : à cette heure, en conscience, il n’y a rien à négocier ! Notre engagement n’a besoin d’aucune autorisation ni d’aucune cajolerie pour se déployer dans toute sa force.

Je vous appelle à vous mobiliser aux rendez-vous qui vous sont donnés. Le premier mai derrière nos syndicats, avec la classe ouvrière dans la lutte, notre camp, notre famille politique : le monde du travail et de ses revendications ! Je vous appelle à vous retrouver le six mai – sans rien demander en échange ! – le six mai, pour battre Sarkozy !

Je vous demande de ne pas traîner les pieds, je vous demande de vous mobiliser comme s’il s’agissait de me faire gagner moi-même l’élection présidentielle.

Ne demandez rien en échange, seulement l’acte de votre conscience ! Pourquoi ?

La bataille que nous menons n’est pas une bataille personnelle, ni même une bataille dans un seul pays : il s’agit de retourner la table, de renverser la tendance qui en Europe maintient tous les peuples sous le joug de l’axe Sarkozy-Merkel. Il faut le briser en France !

Voilà ce que nous allons faire ! Et parce que nous allons le faire, alors, il sera clair, net et sans bavure que c’est nous qui faisons les décisions dorénavant, à gauche, et dans le pays !

Élevons-nous à la hauteur du pouvoir qui nous a été donné par notre rassemblement. Continuons tranquillement de marcher notre chemin, car je vous le dis : inéluctablement, l’Histoire vient à notre rencontre et nous allons à la sienne. Inéluctablement, les solutions que nous avons défendues, et principalement celles du partage des richesses et du changement de régime, seront mises à l’ordre du jour par les chocs qui s’annoncent.

Quel que soit le président de la République qui sera élu, la finance, d’ores et déjà, est déterminée à agresser le peuple français. Et alors, quel que soit le responsable, il n’aura d’autre choix que de se soumettre ou de résister : et pour ce qui est de résister, il n’y a qu’une force, la nôtre !

[l’assistance scande : « Résistance, résistance ! »]

Ayez au cœur le sentiment du travail bien fait. N’oubliez jamais les images de la force de votre rassemblement. Ne vous laissez plus jamais éparpiller, disperser.

En une seule fois, nous sommes parvenus dans le peloton de tête : la prochaine sera celle de la conquête définitive du pouvoir, par les urnes et la démocratie.

Vive la République, vive la classe ouvrière, vive la France !



Source : Blog de Jean-Luc Mélenchon

Voir aussi : Jean-Luc Mélenchon : "J’interdis le mot croissance

Info

  • La grenade « offensive » qui aurait tué Rémi Fraisse au cœur de la polémique

    Gaspard Glanz et Camille Martin (Reporterre)

    Rémi Fraisse a-t-il été tué par une grenade offensive ? Alors que les premiers éléments de l’enquête semblent attester cette hypothèse, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé la suspension de l’utilisation de cette grenade qui suscite le débat. Reporterre fait le point sur le recours à cette arme lors des manifestations et sur les réactions politiques.

Tribune

  • Désobéissance civile contre Center Parcs à Roybon, où la destruction de la forêt se prépare

    Des habitant-e-s contre le projet de Center Parcs à Roybon

    Près de Grenoble, à Roybon, les travaux du Center Parcs se préparent, alors que les citoyens sont contre et que les experts ont rendu un avis défavorable sur ce projet socialement et environnementalement destructeur. Face à ce déni de démocratie, la seule solution semble être la désobéissance civile. Des citoyens ont mené une action mercredi 29 octobre.

  • Thomas Sankara, le président qui roulait en Renault 5

    Christophe Goby (CQFD)

    Thomas Sankara, président du Burkina Faso de 1983 à 1987, est devenu un mythe de courage et de dignité. Assassiné en 1987, il avait fait de l’anti-impérialisme son combat. Un président intègre, dont le souvenir reste gravé dans la mémoire des peuples, alors qu’en ce moment même, au Burkina, les jeunes s’opposent au nouveau coup de force constitutionnel de l’actuel président, Blaise Compaoré.

  • EDITO - Un crime du pouvoir socialiste

    Hervé Kempf (Reporterre)

    Le décès de Rémi Fraisse au Testet est le résultat d’un crime : celui des responsables socialistes qui ont piétiné la loi et la démocratie pour ne laisser d’autre issue que la violence.