Accueil > Ecologie > L’OMS évalue la radioactivité subie par les riverains de Fukushima

Ecologie

L’OMS évalue la radioactivité subie par les riverains de Fukushima

Sandra Besson (Actualités news environnement)

mercredi 30 mai 2012


L’Organisation Mondiale de la Santé a publié un rapport sur les taux d’irradiation et d’exposition à la radioactivité au Japon après la catastrophe de Fukushima. Seuls deux villages auraient été dangereusement exposés.

Les pics de radioactivité liés à la catastrophe de Fukushima étaient inférieurs au niveau susceptible de provoquer des cancers dans presque tout le Japon, mais les nouveaux nés et les jeunes enfants dans une ville du pays semblent présenter un risque plus élevé de développer un cancer de la thyroïde d’après ce qu’a indiqué l’Organisation Mondiale pour la Santé (OMS) mercredi.

Dans un rapport préliminaire, des experts indépendants ont indiqué que les individus vivant dans deux endroits de la préfecture de Fukushima pourraient avoir reçu une dose de radiation de 10 à 50 millisieverts (mSv) au cours de l’année qui a suivi l’incident de la centrale nucléaire de TEPCO à Fukushima.

Parallèlement, mercredi, une équipe scientifique des Nations Unies a indiqué que plusieurs ouvriers ayant travaillé à TEPCO avaient été « irradiés après contamination de leur peau » cependant aucun effet clinique observable n’avait été signalé à ce jour.

Les doses n’ont pas été estimées pour la zone se situant dans un rayon de 20 kilomètres de Fukushima

« Six ouvriers sont morts depuis l’accident mais aucun des décès n’a été associé à une irradiation » a indiqué un communiqué publié à Vienne au sujet d’une étude réalisée par le Comité Scientifiques des Nations Unies sur les Effets de la Radiation (UNSCEAR).

Le séisme d’une magnitude 9,0 et le tsunami qui a suivi le 11 Mars 2011 ont endommagé la centrale, provoquant une fonte des réacteurs nucléaires qui a contaminé l’eau et la nourriture et a entraîné des évacuations massives de populations.

Près de 16 000 personnes ont été tuées par le séisme et le tsunami, et près de 3300 restent portés disparues.

Les zones ayant reçu les doses les plus élevées de radiation sont la ville de Namie dans le comté de Futaba, et le village d’Iitate dans le comté de Soma, au nord-ouest de la centrale de Fukushima.

Les nouveaux-nés de Namie pourraient avoir reçu des doses de radiation de 100 à 200 mSv au niveau de leur thyroïde. La thyroïde est l’organe le plus exposé à l’irradiation dans la mesure où c’est là où se concentre l’iode radioactive et les enfants sont jugés particulièrement vulnérables.

« A cause des doses élevées estimées, c’est une zone que nous devrions étudier étroitement », a déclaré le porte-parole de l’OMS, Gregory Hartl. « En-dessous de 100 mSv, les études n’ont pas été conclusives ».

Les populations exposées à l’irradiation ont souvent un plus grand risque de contracter un cancer après avoir reçu des doses supérieures à 100 mSv, d’après l’agence des Nations Unies. Le seuil pour le syndrome d’irradiation élevée est de 1 Sv (soit 1000 mSv).

Le gouvernement local a déclaré en décembre que les taux d’exposition les plus élevés avaient été enregistrés à Iitate, où les habitants ont été autorisé à prendre leur temps avant d’évacuer. Le village est situé à 40 kilomètres au nord-ouest de la centrale et en dehors de la zone d’évacuation de 20 kilomètres.

La dose annuelle moyenne d’irradiation naturelle est d’environ 2,4 mSv au niveau mondial, avec une fourchette habituelle de 1 à 10 mSv selon les régions, d’après le rapport.

Dans le reste de la préfecture de Fukushima, la dose effective serait entre 1 et 10 mSv, tandis que la dose effective dans le reste du Japon a été estimée entre 0,1 et 1 mSv.

Dans le reste du monde, les doses étaient inférieures à 0,01 mSv, y compris en Indonésie, aux Philippines, en Corée du Sud, en Russie et dans le sud-est de l’Asie.

Une dose de 0,01 mSv est équivalente à un dixième de l’irradiation reçue lors d’un vol avec une escale entre New York et Tokyo, la moitié de la dose reçue lors d’une radiographie, et équivalente à la dose reçue lors d’une visite d’une heure des pyramides d’Egypte.

Le rapport n’a pas étudié l’exposition des équipes de secours envoyées sur le site après la catastrophe ou des individus vivant le plus près du site.

« Les doses n’ont pas été estimées pour la zone se situant dans un rayon de 20 kilomètres de Fukushima parce que la plupart des individus de cette zone ont été évacués rapidement et une estimation précise de la dose effective pour ces individus nécessiterait des données plus précises que celles dont nous disposons », indique le rapport.



Source : Actualité news environnement

Photo : Kanpai

Lire aussi : Fukushima, le fil des nouvelles depuis le 11 mars 2011

Info

  • La Voie est libre : le festival qui réenchante les autoroutes

    Barnabé Binctin (Reporterre)

    Dimanche, à Montreuil, en Seine-Saint-Denis, une partie d’autoroute sera fermée à la circulation et ouverte aux piétons. Le Festival propose ainsi une réappropriation citoyenne et festive de ce symbole de l’omniprésence de la voiture, et ouvre une réflexion sur la mobilité et les énergies renouvelables.

  • Carnage et désolation : choses vues au Testet

    Isabelle Rimbert (Reporterre)

    Le massacre de la zone humide du Testet se fait à une vitesse sidérante. Face à la vision apocalyptique que laisse dans son sillage cette machinerie destructrice, l’œil du témoin est là pour garder en mémoire, donner à voir la réalité brutale. Afin de ne pas fermer les yeux et faire germer dans ces champs de désolation des graines de résistance. Images et vidéo recueillies sur la zone entre le 11 et le 13 septembre 2014.

  • Le jardin sans pétrole - Et dans la douceur du jardin assoupi, un passereau se mit à chanter...

    Christine Laurent (Reporterre)

    Jardiner dans la grande ville ? Difficile. Alors Christine s’échappe toutes les fins de semaine, pour maraîcher et observer la nature. -

    La chaleur sans pluie a fait souffrir le jardin. Il faut vite arroser et ré-ameubler la terre pour faire repartir les framboisiers, les noisetiers, les courges et les haricots... Et dans la douce fraîcheur qui monte alors du sol, prendre le temps d’un déjeuner champêtre à l’ombre du saule des oliviers et écouter le pépiement des passereaux.

Tribune

  • Les dix mesures à prendre pour sauver le climat

    Climate Space

    Le 23 septembre va se dérouler à New York le Sommet climat de l’ONU. Des mouvements sociaux du monde entier dénoncent ensemble l’emprise du secteur privé‏ sur les négociations. Ils proposent dix mesures pour sauver le climat. Selon eux, « le modèle industriel extractiviste et productiviste est la principale cause du problème ».

  • L’agroécologie ne peut être que paysanne

    Collectif d’associations

    On n’a jamais autant entendu parler d’agroécologie, et pourtant l’agriculture industrielle et intensive n’a jamais été aussi prégnante. C’est que les gouvernements, et en particulier le gouvernement français, « camoufle[nt] [leur] fuite en avant destructrice derrière le vocabulaire des alternatives. » Mais la seule agroécologie qui ait un sens doit être paysanne, sociale, écologique, et ancrée dans les territoires.