Accueil > Ecologie > L’autoroute A 65 en Aquitaine : trafic très inférieur aux prévisions

Ecologie

L’autoroute A 65 en Aquitaine : trafic très inférieur aux prévisions

Sepanso

jeudi 8 novembre 2012

Autre grand projet inutile, mais réalisé, celui-là : l’autoroute A 65 entre Pau et Langon. Comme le prévoyaient les écologistes, le trafic est inférieur aux prévisions et l’autoroute est en déficit


Le rapport financier annuel 2011 [1] d’Aliénor, concessionnaire de l’autoroute A65 Langon-Pau, confirme ce que les associations dénoncent régulièrement depuis l’origine du projet, à savoir que le trafic de cette autoroute, nettement inférieur aux prévisions à l’issue de cette première année d’exploitation, est insuffisant pour en assurer l’équilibre financier.

Une fréquentation surévaluée pour justifier des projets ruineux et nuisibles à l’environnement

• le bilan financier 2011 de cette concession autoroutière présente un déficit énorme d’environ 35 millions d’euros.
• Le chiffre d’affaires 2011 s’établit à 35 millions d’euros, inférieur d’environ 30% à l’objectif indiqué dans le contrat de concession (annexe financière n° 18).
• Le trafic journalier moyen s’établit à 5332 véhicules/j, dont 5,9% de poids lourds, inférieur d’environ 40% par rapport à l’objectif initial de 7660 véhicules/j, dont 12 % de poids lourds.

Ainsi, comme l’affirmaient les associations dès 2006, cette autoroute particulièrement destructrice de l’environnement et qui est l’une des plus chères de France, pourrait se révéler aussi un gouffre financier.

Ce bilan 2011, démontre que la croissance du trafic routier mise en avant pour justifier l’infrastructure n’est pas une donnée inéluctable. Comme pressenti à l’époque, la hausse du coût des carburants est un des facteurs importants qui détermine l’évolution du trafic routier.

L’autoroute A65 Langon Pau va-t-elle rejoindre la longue liste des autoroutes espagnoles en redressement judiciaire en 2012 ? [2] Les contribuables sont en droit de se poser la question.

Les associations de protection de l’environnement espèrent tout au moins que les déboires financiers de cette autoroute concédée en Aquitaine permettront de dissuader certains décideurs de s’embarquer dans une aventure comparable mais autrement plus coûteuse : celle de la construction des Lignes à Grande Vitesse dans le Sud Ouest (Projets GPSO) d’un montant total de 12 milliards d’euros soit près de 12 fois le coût de l’autoroute A65 ?

Ou encore la construction de l’aéroport de Notre Dame des Landes justifiée par une plus qu’hypothétique augmentation du trafic international à destination de Nantes dans un contexte de crise économique mondiale, de renchérissement et de raréfaction des hydrocarbures.

..........................................

Notes :

1- Aliénor : rapport annuel 2011 de la concession de l’autoroute A65, aux collectivités territoriales.

2- Une sixième société d’autoroute espagnole en redressement judiciaire.



Source : Courriel à Reporterre de la SEPANSO

Photo : Première urgence

Lire aussi : Tartufferie climatique

Info

  • La grenade « offensive » qui aurait tué Rémi Fraisse au cœur de la polémique

    Gaspard Glanz et Camille Martin (Reporterre)

    Rémi Fraisse a-t-il été tué par une grenade offensive ? Alors que les premiers éléments de l’enquête semblent attester cette hypothèse, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé la suspension de l’utilisation de cette grenade qui suscite le débat. Reporterre fait le point sur le recours à cette arme lors des manifestations et sur les réactions politiques.

Tribune

  • Désobéissance civile contre Center Parcs à Roybon, où la destruction de la forêt se prépare

    Des habitant-e-s contre le projet de Center Parcs à Roybon

    Près de Grenoble, à Roybon, les travaux du Center Parcs se préparent, alors que les citoyens sont contre et que les experts ont rendu un avis défavorable sur ce projet socialement et environnementalement destructeur. Face à ce déni de démocratie, la seule solution semble être la désobéissance civile. Des citoyens ont mené une action mercredi 29 octobre.

  • Thomas Sankara, le président qui roulait en Renault 5

    Christophe Goby (CQFD)

    Thomas Sankara, président du Burkina Faso de 1983 à 1987, est devenu un mythe de courage et de dignité. Assassiné en 1987, il avait fait de l’anti-impérialisme son combat. Un président intègre, dont le souvenir reste gravé dans la mémoire des peuples, alors qu’en ce moment même, au Burkina, les jeunes s’opposent au nouveau coup de force constitutionnel de l’actuel président, Blaise Compaoré.

  • EDITO - Un crime du pouvoir socialiste

    Hervé Kempf (Reporterre)

    Le décès de Rémi Fraisse au Testet est le résultat d’un crime : celui des responsables socialistes qui ont piétiné la loi et la démocratie pour ne laisser d’autre issue que la violence.