Accueil > À découvrir > Colloque international André Gorz

À découvrir

Colloque international André Gorz

mercredi 14 novembre 2012


Cinq ans après la mort de ce grand penseur de l’écologie politique, un important colloque rend hommage à André Gorz.

Né en 1923 à Vienne (Autriche) d’un père juif et d’une mère catholique, naturalisé français en 1954 sous le nom de Gérard Horst, André Gorz fut placé dans une pension en Suisse au moment de l’envahissement de l’Autriche par l’Allemagne nazie. Il rencontra Jean-Paul Sartre en 1946 venu faire une conférence à Genève. Ce fut le début d’une longue proximité au point que Gorz devint l’un des principaux animateurs de la revue Les Temps Modernes au début des années 60.

En 1958, il fit paraître Le Traître, autobiographie existentielle préfacée par Sartre. André Gorz devint ensuite un intellectuel très écouté dans les milieux syndicaux, parfois davantage en Allemagne et en Scandinavie qu’en France. Journaliste sous le pseudonyme de Michel Bosquet à L’Express, puis au Nouvel Observateur, dont il fut l’un des fondateurs, il développa, sous la double influence d’Ivan Illich, de Herbert Marcuse, et des approches théoriques de l’École de Francfort, les premières bases de l’Écologie Politique.

Sa dernière œuvre publiée de son vivant, Lettre à D., retrace son histoire et dit publiquement tout son amour à sa femme Dorine - avec qui il avait conclu un pacte de fidélité qui les mena jusqu’à leur suicide commun en septembre 2007. Les archives d’André Gorz sont conservées à l’IMEC.

L’année 2012 est celle du cinquième anniversaire de la mort d’André Gorz. Nous pressentons de plus en plus que son œuvre est désormais incontournable à la fois à notre compréhension de l’évolution de la société capitaliste et au renouvellement du corpus intellectuel de la gauche. La crise sociale et économique profonde que subit le capitalisme depuis de longues années tout comme l’accélération des dérèglements climatiques et environnementaux ont déjà largement confirmé l’acuité des analyses et les capacités visionnaires d’André Gorz.

Le moment est donc venu d’opérer un premier retour sur ses écrits pour mieux cerner leur portée, dans leurs dimensions philosophiques, anthropologiques, socio-économiques, mais sans doute, aussi, émotionnelles. Il ne s’agit pas de rendre un hommage convenu à André Gorz mais de se placer dans une posture de continuité vivante. Autrement dit, de nous demander en quoi son œuvre nous aide aujourd’hui à ouvrir de nouvelles voies de réflexion politique et d’engagement citoyen.

Nous savons en effet que pour André Gorz, l’enjeu n’était pas tant de sortir d’une crise ou d’une autre mais bien de sortir du capitalisme lui-même. Cette perspective a souvent contribué à le classer parmi les auteurs sinon « utopistes » en tout cas « radicaux ». Pourtant, il est incontestable qu’à de nombreux moments-clé de notre histoire intellectuelle récente, André Gorz a su porter dans le débat politique des réflexions structurantes et toujours utiles pour l’action. Ce fut le cas par exemple à la fin des années soixante par ses apports originaux à une théorie de l’aliénation ou à la réflexion sur le dilemme réforme/révolution. Ce fut évidemment le cas aussi par ses contributions décisives et pionnières à l’Écologie politique dans les années soixante-dix.

Un peu plus tard, ses Adieux au prolétariat puis ses Métamorphoses du travail font prendre corps à un débat jusqu’alors diffus sur la nature, le rôle et le sens du travail dans la société salariale rongée par le chômage de masse. Plus récemment, il nous invitait à prendre conscience du fait que le capitalisme était vraisemblablement entré dans sa phase ultime. Il est d’ailleurs un des rares penseurs de notre temps à avoir anticipé et pris la mesure des risques d’effondrement du système économique qui deviennent si aigus aujourd’hui.

Colloque international autour de la pensée d’André Gorz

Jeudi 15 et vendredi 16 novembre 2012

Montreuil – Nouveau Théâtre – Salle Maria Casarès

Direction scientifique - Alain Caillé – Christophe Fourel

Fonds André Gorz (IMEC)- Responsable : François Bordes. Chercheur associé : Willy Gianinazzi

Programme

Jeudi 15 novembre 2012

10h00 - Accueil et ouverture du colloque

Olivier CORPET, directeur l’IMEC, Patrick PEUGEOT, président de la CIMADE et Christophe FOUREL, auteur (dir.) de André Gorz, un penseur pour le XXIe siècle (Éditions La Découverte)

10h30 - Du Traître à Lettre à D. : les enjeux émotionnels et existentiels de la transformation sociale

Contribution introductive : Patrick VIVERET

Modératrice : Adèle VAN REETH (France Culture)

Contributeurs : Christian ANRSPERGER, Michel CONTAT, Françoise GOLLAIN, Hans-Leo KRÄMER, Rossana ROSSANDA, Frédéric WORMS

12h30 – Déjeuner libre

14h00 – Va-t-on vers la fin programmée du travail-emploi ?

Contribution introductive : Dominique MEDA

Modérateur : Thierry PECH (Alternatives Économiques)

Contributeurs : Robert CASTEL, Florence JANY-CATRICE, Jean-Louis LAVILLE, Michel ROCARD, Roger SUE

16h00 - Pause – Présentation du Fonds « André Gorz »

François BORDES (IMEC), Willy GIANINAZZI

16h30 - Après le marxisme, au-delà du capitalisme

Contribution introductive : Alain CAILLE

Modérateur : Éric AESCHIMANN (Le Nouvel Observateur)

Contributeurs : Clémentine AUTAIN, Jean-Marie HARRIBEY, Anselm JAPPE, Alain LIPIETZ

18h30 - Écoute : extraits sonores ou film

21h00 - Lecture de Lettre à D. par André WILMS

Vendredi 16 novembre 2012

10h00 - Écologie et Politique

Contribution introductive : Jean-Pierre DUPUY

Modérateur : Jade LINDGAARD (Mediapart)

Contributeurs : Geneviève AZAM, Dominique BOURG, Hervé KEMPF, Bernard PERRET, Dominique Voynet

12h00 - Extraits de documentaire sur André Gorz

13h00 - Déjeuner

14h30 - Un revenu minimum sans revenu maximum ?

Contribution introductive : Philippe VAN PARIJS

Modérateur : Denis CLERC (Alternatives Économiques)

Contributeurs : Gérard ANDRECK, Gaby BONNAND, Roger GODINO, Carlo VERCELLONE

16h30 - Synthèses : Jean-Baptiste de FOUCAULD – Jean-Claude GUILLEBAUD

Animation : Frédéric MENAGER (nonfiction.fr)

Colloque organisé à l’initiative de l’IMEC et de La Revue du M.A.U.S.S., en partenariat avec Le Nouvel Observateur, ainsi que : Alternatives Économiques, le site Nonfiction.fr, Médiapart, Reporterre, et avec le soutien de la Fondation La Mondiale.

Nouveau théâtre de Montreuil
Centre dramatique national, 63 rue Victor Hugo, 93 100 Montreuil

Métro Mairie de Montreuil (ligne 9 / sortie avenue Pasteur)



Source : lenouvelobs.com

Lire aussi : André Gorz, une pensée toujours vivante

Lire encore : Deux comptes-rendus du colloque :
- Notre Dame des Landes s’est invitée au colloque, par Geneviève Azam
- Concilier l’autonomie et les institutions ?, par Barnabé Binctin

Consulter par ailleurs : Les événements de Reporterre

Info

Tribune

  • La « Troisième révolution industrielle » n’aura pas lieu

    François Jarrige, avec Dominique Bourg, Joël Decarsin, Alain Gras, Jean-François Herouard, Hervé Kempf, Frédérick Lemarchand, Noël Mamère, Agnès Sinaï, et Hélène Tordjman

    Le projet de Jérémy Rifkin, célébré par les médias, est séduisant. Mais un examen attentif dévoile les contradictions d’une pensée qui tend à « éviter les remises en cause, résorber les contestations qui s’élèvent (...), en renouvelant l’utopie des technologies salvatrices qui résoudront naturellement tous les problèmes. »

  • Climat : les Européens scellent un accord médiocre et décevant

    Maxime Combes

    Les Etats européens se sont mis d’accord durant la nuit sur le Paquet énergie climat 2030. Un accord médiocre, comportant des objectifs très faibles sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, sur les économies d’énergie et sur les énergies renouvelables. Les Etats-membres de l’UE tournent le dos aux recommandations du GIEC et à leurs engagements de viser une limitation à 2°C du réchauffement climatique.

  • Repères pour mener des luttes non violentes - et victorieuses

    Geneviève Coiffard-Grosdoy

    La stratégie de la non-violence choisit et assume de modifier les rapports de force par la conviction et la mobilisation du plus grand nombre. Réflexions d’une militante non-violente de Notre-Dame-des-Landes, autour de cette notion et sur la question des limites à se poser dans un combat non violent.