Accueil > Ecologie > La culture des OGM a presque disparu d’Europe, hormis l’Espagne

Ecologie

La culture des OGM a presque disparu d’Europe, hormis l’Espagne

Christophe Noisette (Inf’OGM)

mercredi 23 janvier 2013

Seuls l’Espagne et le Portugal cultivent les plantes transgéniques sur une grande échelle.


En 2012, 132 000 hectares de plantes génétiquement modifiées (PGM) ont été cultivés dans l’Union européenne, soit une augmentation de 15% par rapport à 2011 (114 500 hectares). Ces chiffres et statistiques, issus de sources officielles compilées par Inf’OGM, masquent des déséquilibres grandissants.

Premier constat : les cultures de PGM dans l’Union européenne sont exclusivement des cultures de maïs MON810, alors que deux autres plantes ont été autorisées à la culture, le maïs T25 et la pomme de terre Amflora, au taux d’amidon plus élevé.

Amflora a totalement disparu du sol européen. Elle avait été autorisée en 2010, après un marathon de dix ans pour BASF... La première année, ce furent 281 hectares, dans quatre pays ; puis en 2011, la République tchèque a quitté le club des cultivateurs d’Amflora, tandis que les autres pays réduisaient leur surface comme peau de chagrin. Et deux ans après, cette pomme de terre GM a disparu des assolements. La Suède et l’Allemagne ne cultivent plus aucune PGM cette année. Et aucun autre pays n’a décidé d’en cultiver.

Deuxième constat : deux pays, l’Espagne et le Portugal, représentent 95% des cultures de PGM dans l’Union européenne. Les autres – la Pologne, la Slovaquie, la Roumanie, la République Tchèque – représentent donc moins de 5%. On peut donc dire que les PGM sont cultivées, à quelques épis près, dans la seule péninsule ibérique.

Troisième constat : les cultures de maïs MON810 ont diminué dans les six pays européens qui en cultivaient (voir tableau ci-dessous), à l’exception des deux leaders précédemment évoqués. Dans ces quatre pays, la baisse a été d’environ 33% passant de 9 466 hectares en 2011 à 6 456 hectares en 2012.

Les surfaces en OGM dans l’UE (2012 et 2011)

Pourquoi les surfaces n’augmentent-elles que dans deux pays ? Pour l’Espagne, c’est avant tout l’absence de règles de coexistence, l’augmentation des contaminations par des OGM qui fragilisent les filières « biologiques » ou ’« sans OGM » et la raréfaction organisée des ventes de semences conventionnelles de qualité qui pourraient en partie expliquer cette augmentation.

Inf’OGM va donc, à partir des données brutes qu’elle a réussi à obtenir, analyser le fossé qui se creuse dans l’Union européenne. Car n’oublions pas, aussi, que six autres pays – La France, le Luxembourg, la Grèce, la Bulgarie, la Hongrie et l’Autriche – ont adopté des moratoires sur la culture de ce maïs MON810, voire pour certains sur la pomme de terre Amflora. L’Union européenne ne parle donc décidément pas d’une même voix sur le dossier des OGM. Et la réticence vis-à-vis des PGM ne faiblit pas, au contraire.

.......................................

PS : Pour la Pologne, nous avons gardé le chiffre de 3 000 hectares, mais ce chiffre est plus que douteux. Il n’existe en effet aucun contrôle officiel des surfaces de maïs MON810. La Pologne a en 2012 interdit la vente des semences transgéniques mais pas les semis. Donc un certain nombre d’agriculteurs vont acheter les semences GM en République tchèque ou en Slovaquie. Personne ne peut nous confirmer ces chiffres.



Source : Inf’OGM

Lire aussi : EXCLUSIF : l’article de Séralini sur les OGM traduit en français

Info

  • Marche pour le climat : succès à Paris, triomphe à New York

    Barnabé Binctin (Reporterre)

    La marche pour le climat a connu un vif succès dans les nombreuses villes du monde où elle s’est déroulée. A Paris, plus de dix mille personnes se sont retrouvées pour rappeler que le changement climatique est l’enjeu politique prioritaire pour l’humanité, à deux jours d’un sommet de l’ONU.

  • L’explosion démographique continue : 11 milliards d’humains au XXIe siècle

    Elisabeth Schneiter (Reporterre)

    C’est la nouvelle la plus importante du mois : les démographes révisent l’idée ancrée depuis une vingtaine d’années de stabilisation de la population mondiale. Une nouvelle méthode estime que les humains seront plus de onze milliards, notamment en raison de la poussée africaine.

Tribune

  • RENCONTRE DE REPORTERRE - L’écologie au cœur de la reconstruction politique

    Abstention massive, retour de Sarkozy, montée du FN, PS à bout de souffle... La spirale de la chute semble sans fin. Mais la société est pleine de vitalité, l’écologie a un message d’avenir plus fort que jamais, les alternatives se multiplient. Maintenant, il faut que ceux et celles qui portent l’espoir coopèrent, se réunissent, travaillent ensemble.

    Vous êtes invité(e)s lundi 6 octobre pour amorcer ce grand mouvement : le retour de l’espoir.

  • Les dix mesures à prendre pour sauver le climat

    Climate Space

    Le 23 septembre va se dérouler à New York le Sommet climat de l’ONU. Des mouvements sociaux du monde entier dénoncent l’emprise du secteur privé‏ sur les négociations. Ils proposent dix mesures pour sauver le climat. Selon eux, « le modèle industriel extractiviste et productiviste est la principale cause du problème ».

  • L’agroécologie ne peut être que paysanne

    Collectif d’associations

    On n’a jamais autant entendu parler d’agroécologie, et pourtant l’agriculture industrielle et intensive n’a jamais été aussi prégnante. C’est que les gouvernements, et en particulier le gouvernement français, « camoufle[nt] [leur] fuite en avant destructrice derrière le vocabulaire des alternatives. » Mais la seule agroécologie qui ait un sens doit être paysanne, sociale, écologique, et ancrée dans les territoires.