Accueil > Société > Lettre d’un cobaye à un ministre

Société

Lettre d’un cobaye à un ministre

Frédéric (Robin des Toits)

lundi 28 janvier 2013


Lettre d’un cobaye au ministre

France, le 25 Janvier 2013

M. le ministre de l’industrie et de la maladie,

J’exerce depuis mon plus jeune âge le métier de cobaye.

J’ai pris matin, midi et soir mes doses de pesticides et des nitrates grâce à mes actes d’achats raisonnés,

j’ai mangé de la vache folle, aux hormones et aux antibiotiques, j’ai relevé mes sauces vinaigrettes d’huile de vidange mélangée à l’huile de table,

j’ai ingurgité mon quota de mercure via les amalgames dentaires, les vaccins obligatoires et les ampoules basse consommation,

j’ai, comme tout un chacun, bien profité des vapeurs d’essence et de diesel,

j’ai respiré à pleins poumons les fumées d’usines et d’incinérations,

j’ai acheté toutes les versions de gogol-phone sans exception, j’en suis à mon 62e modèle qui me donne toute satisfaction question vertiges, migraines et Alzheimer…

Certes, j’ai échappé en partie aux radiations nucléaires grâce aux frontières qui arrêtent les nuages, mais ma thyroïde me dit que j’ai dû en bénéficier un tant soit peu…

Je tiens à vous préciser que j’ai occupé cet emploi à plein temps, 24 heures sur 24, sans un jour de congé, d’arrêt de travail ni même de grève. Le salaire que j’ai versé à l’industrie de la maladie a été à la hauteur de mon engagement pour la cause nationale de la croissance économique.

Je ne vous écris pas pour vous demander une médaille du cobaye. J’estime avoir été largement récompensé des bienfaits de mon activité. Aujourd’hui, en effet, je peux profiter pleinement de mes maladies et tester toutes les innovations de l’industrie pharmaceutique. Je suis comblé.

Ce qui m’inquiète, voyez-vous, c’est qu’avec les déremboursements partiels de soins, je ne dispose plus d’un budget suffisant pour continuer à consommer toutes les nouveautés qui sortent sur le marché. Par conséquent, je sollicite auprès de vos services une aide exceptionnelle pour le redressement productif et le développement nécro-nomique. Cette aide pourrait prendre la forme d’une allocation ou d’une prime d’ancienneté réservée exclusivement à des achats figurant sur une liste garantie 100% cobayes.

Je tiens à vous rassurer quant au coût d’une telle mesure, dont la durée sera nécessairement limitée, étant donné que je suis arrivé au bout du rouleau.

Je vous remercie d’avance pour votre réponse.

Frédéric



Source : Courriel de Robin des Toits

Photo : Global relay

Regarder la version video de l’article

Lire aussi : Tous cobayes !

Info

  • Climat : Thomas Piketty appelle les Européens à un choix fort

    Camille Martin (Reporterre)

    Les dirigeants des Etats européens se retrouvent jeudi et vendredi à Bruxelles pour décider des objectifs climatique de l’Union. Trois économistes anglais, allemand, et français, avec Thomas Piketty, appellent ces leaders à s’engager nettement dans une économie « à bas carbone ». Publié en anglais à l’initiative d’Avaaz, voici leur texte en français, traduit par Reporterre.

  • Décès inattendus à la ferme-usine des 998 vaches

    Barnabé Binctin (Reporterre)

    Des clichés réalisés les 4 et 5 octobre, et que Reporterre dévoile aujourd’hui, prouvent qu’au moins deux bovins sont morts dans la ferme-usine dite des Mille vaches, trois semaines à peine après l’ouverture du site.

Tribune

  • Repères pour mener des luttes non violentes - et victorieuses

    Geneviève Coiffard-Grosdoy

    La stratégie de la non-violence choisit et assume de modifier les rapports de force par la conviction et la mobilisation du plus grand nombre. Réflexions d’une militante non-violente de Notre-Dame-des-Landes, autour de cette notion et sur la question des limites à se poser dans un combat non violent.

  • En Charente-Maritime, Vinci veut construire un hyper-incinérateur... hyper inutile

    Paul Delègue

    En Charente-Maritime, Vinci mène un projet d’incinérateur de déchets ménagers. Problème : il est inutile. Une politique volontaire de réduction des déchets permettrait aux incinérateurs actuels d’absorber les besoins. Mme Royal a exprimé son opposition, mais de volte-face politique en renoncement des maires, le projet suit son cours...

  • CHRONIQUE - Et si on imaginait la fin de l’emploi ?

    Vincent Liegey

    Il faut questionner la notion de travail pour sortir d’une vision productiviste de la vie, qui sert surtout les tenants d’un système profondément inégalitaire. S’échapper de la « sacro-sainte croissance », « décoloniser nos imaginaires travaillistes afin de remettre l’économie et une vision comptable de la vie à leur place et sortir de la centralité de la valeur travail ! »