Accueil > Alternatives > Pour sauver les terres agricoles, Lurzaindia lance l’épargne populaire au (...)

Alternatives

Pour sauver les terres agricoles, Lurzaindia lance l’épargne populaire au Pays basque

Luzraindia

vendredi 22 mars 2013

Chaque année, 1 200 hectares de terres sont perdues par l’agriculture en Pays basque français. Afin d’enrayer ce phénomène et installer de jeunes agriculteurs, l’épargne collective est mobilisée.


En janvier est née LURZAINDIA, un outil de collecte d’épargne pour l’acquisition collective de foncier agricole. La première campagne de collecte a débuté, elle vise à réunir 350 000 euros en 2013.

Le maintien du foncier agricole : un enjeu de taille dans la gestion du territoire et du développement agricole et rural

Depuis 10 ans en Iparralde [Pays Basque français], la surface agricole utile (SAU) diminue de près de 1 200 ha par an : 150 exploitations disparaissent et plus de 250 actifs quittent le secteur agricole chaque année. Les installations de paysans, certes plus dynamiques en Pays Basque qu’ailleurs, restent insuffisantes à cause notamment de la difficulté à accéder au foncier devenu un bien spéculatif.

D’autre part, la population du Pays Basque va augmenter fortement, particulièrement sur l’agglomération de Bayonne. Autant de personnes à qui il faudra donner accès à une alimentation de proximité et de qualité. Il est donc primordial de préserver les terres agricoles, ce sont elles qui nous nourrissent. Le GFAM Lurra (voir encadré ci-dessous) a œuvré dans ce sens pendant 30 ans. Voyant son action atteindre des limites et suite à une longue réflexion des différents acteurs de l’agriculture paysanne en Pays Basque, la décision de lui donner une nouvelle forme juridique, mieux adaptée, a été prise.

SCA Luzraindia : outil d’épargne populaire

Portée par le syndicat agricole ELB-Confédération Paysanne du Pays Basque, les structures de la fédération Arrapitz, l’Inter-Amap Pays Basque et Euskal Herriko Laborantza Ganbara, LURZAINDIA va s’appuyer sur l’épargne populaire pour freiner la disparition des terres agricoles, les préserver de la spéculation.

Lurzaindia, Société en Commandite par Action (SCA), sera en mesure d’acquérir du foncier agricole ainsi que du bâti (bâtiment agricole, habitation) pour les mettre ensuite à disposition des paysans via des baux à long terme, dans une démarche d’agriculture paysanne. Lurzaindia aura aussi pour rôle de sensibiliser la société à l’enjeu de la protection du foncier agricole.

Premier objectif : collecter 350 000 € en 2013

Lurzaindia est un outil d’achat en collectif de terres agricoles à partir de l’épargne
solidaire. Dès maintenant, il est possible de participer à cette aventure collective en prenant des parts, à partir de 20 €. Chacun peut participer : femme, homme, association, entreprise, institution... La participation de chacun permettra à Lurzaindia de tout mettre en œuvre pour faire de la terre, base de l’alimentation humaine, un patrimoine qui nous sera commun, sorti du marché spéculatif, conformément à la charte éthique de Lurzaindia.

Chacun contribuera ainsi activement à maintenir des paysans nombreux à travers le Pays Basque. Il ne s’agit pas de faire un don mais bien de faire un placement dont le remboursement sera possible.

Deux partenaires forts se positionnent également aux côtés de Lurzaindia :

• Herrikoa, société locale d’investissement, qui a soutenu la création de plus de 2 600 emplois en Pays Basque, notamment grâce à des appels publics à épargne et qui croit comme Lurzaindia à un Pays Basque solidaire et au potentiel économique fort,

• Terre de Liens pour qui la Terre mère nourricière et outil de travail doit être un patrimoine commun qu’il faut à tout prix préserver. La Foncière Terre de Liens a réalisé plus de 70 acquisitions pour installer ou maintenir des paysans.

Les porteurs de parts ont élu un conseil de surveillance chargé du contrôle permanent de la gestion financière et éthique d’Erne. Les fondateurs du GFAM, les représentants d’Herrikoa et de Terre de Liens en sont les premiers membres.

Renseignements et souscriptions :
LURZAINDIA - 2 rue de la Bidouze, 64120 Donapaleu / Saint Palais
05 59 65 46 02
info (arobase)LURZAINDIA.eu
www.LURZAINDIA.eu

...........................

Lurzaindia est issue du Groupement foncier agricole mutuel Lurra. Créé en 1979, le GFAM Lurra, devenu Lurzaindia, compte aujourd’hui 2 749 porteurs de parts et a acquis 14 fermes, 260 ha de terre, et a installé 21 fermiers. La première campagne a permis d’installer un fermier à Beyrie Sur Joyeuse en 1979, la plus récente un paysan boulanger sur la ferme Oxidoia à Arroue en 2011.

Lurzaindia est gérée collectivement, par les structures reconnues de développement de l’agriculture paysanne en Pays Basque.

ELB (Euskal Herriko Laborarien Batasuna – Confédération Paysanne du Pays Basque) : Syndicat agricole pour qui la lutte pour la préservation du foncier agricole et la défense des paysans est la priorité.

• Arrapitz : fédération qui regroupe 13 associations de développement agricole dont Idoki – Producteurs fermier, BLE Civam Bio, AOC Piment d’Espelette...

EHLG (Euskal Herriko Laborantza Ganbara) : association pour le développement de l’agriculture paysanne en Pays Basque et qui travaille notamment à la préservation du foncier agricole et accompagne des jeunes en projet d’installation agricole.

• Inter AMAP : concerne plus de 1 000 famille en AMAP (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne) en Pays Basque.



Source : Courriel à Reporterre de Lurzaindia

Lire aussi : Qu’est-ce que Terre de Liens ?

Info

  • Ça y est ! J’ai compris ce qu’est la permaculture !

    Lorène Lavocat (Reporterre)

    La permaculture, tout le monde en parle, mais personne ne sait vraiment de quoi il s’agit. Une branche radicale de l’agroécologie ? Une nouvelle tendance New Age ? Notre reporter s’est rendue à un week-end d’initiation, pour tenter de lever le voile.

Tribune

  • En Charente-Maritime, Vinci veut construire un hyper-incinérateur... hyper inutile

    Paul Delègue

    En Charente-Maritime, Vinci mène un projet d’incinérateur de déchets ménagers. Problème : il est inutile. Une politique volontaire de réduction des déchets permettrait aux incinérateurs actuels d’absorber les besoins. Mme Royal a exprimé son opposition, mais de volte-face politique en renoncement des maires, le projet suit son cours...

  • CHRONIQUE - Et si on imaginait la fin de l’emploi ?

    Vincent Liegey

    Il faut questionner la notion de travail pour sortir d’une vision productiviste de la vie, qui sert surtout les tenants d’un système profondément inégalitaire. S’échapper de la « sacro-sainte croissance », « décoloniser nos imaginaires travaillistes afin de remettre l’économie et une vision comptable de la vie à leur place et sortir de la centralité de la valeur travail ! »