Accueil > Ecologie > Gaz de schiste : en Australie, 44 % des 5 000 puits forés émettent du (...)

Ecologie

Gaz de schiste : en Australie, 44 % des 5 000 puits forés émettent du méthane

22 septembre Sud

mercredi 24 avril 2013


Dans le gisement de gaz de houille australien Tara situé dans le Queensland, le Département des mines rapporte que près de la moitié des puits testés sur ce gisement montrent des signes de fuite.

Actuellement, plus de 5.000 puits de gaz de houille ont été forés dans le Queensland au cours des dernières années, et des dizaines de milliers d’autres sont prévus.

Le journal The Sydney Morning Herald publiait en novembre 2012 un article relatant l’étude et les tests menés par des chercheurs de l’Université de Southern Cross sur ce gisement gazier de Tara.

Ceux-ci montrent que les échappées de grandes quantités de méthane semblent provenir de fuites non détectées et que les niveaux de gaz à effet de serre trouvés à Condamine sont trois fois supérieur à celui des districts voisins du gisement,

Ces fuites de puits sont une caractéristique commune des gisements de gaz de houille exploités en Australie.

Un documentaire réalisé par l’équipe de télévision d’ABC sur ce gisement de gaz de houille à Tara révèle la présence de gaz dans les rivières qui sont polluées.

Il montre toute la duplicité du gouvernement qui délivrent ces autorisations de forage. Ce reportage apporte aussi des témoignages des riverains et habitants qui vivent à proximité du site de Tara et qui, à leur grande consternation, découvrent cette présence de gaz bouillonnant à la surface des eaux .

Le reportage en langue anglaise est à consulter ici ou ici.



Source : 22 septembre Sud

Photo : LeMonde.fr

Lire aussi : Gaz de schiste : la loi interdisant la fracturation hydraulique est menacée

Info

  • Des riziculteurs de Camargue veulent pouvoir tirer sur les flamants roses

    Sylvie Bonnet (France 3 Languedoc Roussillon)

    Il est l’emblème de la Camargue. Mais le flamant rose causerait des dégâts de plus en plus importants dans les rizières. Certains riziculteurs demandent une indemnisation. D’autres remettent en cause le statut d’oiseau protégé et demandent des autorisations de tirs.

Tribune

  • Les crimes contre la nature sont des crimes contre la paix et l’humanité

    Valérie Cabanes

    À l’heure où la prédation de l’homme sur son environnement n’a jamais été aussi intense, un mouvement mondial est lancé pour que le crime d’écocide soit reconnu au niveau du droit international comme un crime contre la paix. Un moyen juridique indispensable et urgent pour que les agressions des grandes entreprises sur l’environnement ne restent plus impunies.