Accueil > Ecologie > Semences : l’incroyable cadeau fait aux multinationales alimentaires

Ecologie

Semences : l’incroyable cadeau fait aux multinationales alimentaires

Via Campesina

samedi 18 mai 2013


La Commission Européenne a adopté le 6 mai une proposition de règlement sur les semences [1], qui est désormais entre les mains du Parlement et du Conseil Européens.

La Coordination Européenne Via Campesina (ECVC) dénonce cet incroyable cadeau fait aux brevets et titres de propriété de l’industrie agro-alimentaire, l’agression violente que cette proposition représente contre les droits des agriculteurs et des jardiniers, et le contrôle bureaucratique qui s’y retrouve renforcé, et dont le seul résultat ne peut être que de définitivement tuer la biodiversité.

Le résultat obtenu est donc l’inverse des raisons invoquées par la Commission pour réformer la législation existante, à savoir une nécessité de simplification administrative et de protection de la biodiversité.

« Dans cette proposition, la Commission Européenne laisse la porte grande ouverte à la commercialisation sans restriction de plantes brevetées. Ces dernières vont évidemment se disséminer et venir polluer tous les champs, sans distinction. Le texte de loi est fait de telle façon, que c’est le paysan qui a été pollué qui devra payer une amende à l’industrie, comme s’il lui avait volé des semences. Alors que c’est cette dernière qui devrait porter la charge de la décontamination des champs des paysans... C’est d’autant plus grave que la plupart de ces plantes brevetées sont des OGM cachés. », a dit Andrea Ferrante, membre du Comité de Coordination de l’ECVC.

Pour faciliter encore ce processus d’appropriation du vivant par l’industrie [2], la liste de tous les producteurs qui resèment une partie de leur récolte (les « semences de fermes ») pourra directement lui être donnée par les états membres, qui en disposeront sous prétexte sanitaire, et pourront ainsi réclamer des taxes aux paysans. Pour la toute première fois, absolument tous les agriculteurs seront contrôlés.

Pourtant, le droit des agriculteurs d’échanger leurs semences ne peut être limité : il représente une première étape incontournable de la Souveraineté Alimentaire, mais aussi la première condition d’existence des agricultures paysannes et biologiques. Ces échanges sont indispensables aux sélections paysannes, qui garantissent le renouvellement constant de la biodiversité cultivée. Et seules ces sélections permettent l’adaptation locale des plantes à l’extrême diversité des terroirs et à la variabilité croissante des climats, sans recours exponentiel aux engrais et aux pesticides chimiques.

« Il s’agit d’une attaque directe, d’une violence inouïe, contre les droits des agriculteurs et les pratiques qui leur ont permis de nourrir les populations du monde jusqu’ici, et leur permettront de le faire à l’avenir. En nous obligeant à payer des coûts d’enregistrement, de contrôle ou des royalties inabordables, on essaie de nous forcer à se tourner vers les semences de l’industrie, avec la dépendance que ces dernières représentent et leur cortège de produits chimiques et phyto-sanitaires. Et ça deviendra tout simplement impossible pour le citoyen qui le souhaite de manger sainement. », a ajouté Guy Kastler, responsable des questions liées aux semences paysannes à l’ECVC.

La Coordination Européenne Via Campesina appelle le Parlement et le Conseil européens à modifier en profondeur cette proposition, pour enfin opposer et entériner les droits des paysans à produire et échanger leurs semences, contre les semences brevetées et l’appropriation du vivant par l’industrie.

Si par malheur ils laissent grande ouverte la porte aux brevets sur les plantes, l’ensemble des semences seront contaminées en quelques années par des gènes brevetés, propriétés d’une poignée de multinationales. Ce qui rendrait le Parlement et le Conseil, à la suite de la Commission, responsables de l’insécurité alimentaire des citoyens européens dans les années à venir.

.................................................................................

Complément d’information

Voir l’ Annexe « technique » : Première analyse synthétique de la proposition de règlement sur les semences de la Commission Européenne.

..................................................................................

Notes

1- Lien

2- D’après ETC Group, les 10 premières compagnies semencières contrôlent aujourd’hui 73 % du marché mondial des semences.



Source : Via Campesina

Photo : Confédération paysanne

Lire aussi : En Autriche, l’Arche de Noah transforme la conservation des semences en création politique

Info

  • L’écologie au coeur de la reconstruction politique : le dossier

    Peut-on encore croire à la politique ? L’écologie va-t-elle changer l’avenir ? Quelles solutions imaginer ? Quel doit être le nouveau rôle des partis ? Sur le terrain, les alliances fonctionnent-elles ?

    Quelques questions, et bien d’autres, auxquelles on commence à répondre, pour la Rencontre de lundi 6 octobre.

  • Par le TAFTA et le CETA, l’Europe ouvre la porte aux OGM

    Elisabeth Schneiter (Reporterre)

    L’accord de libre échange entre le Canada et l’Union européenne, dit CETA, ouvrirait en grand les portes de l’Union européenne et de la France aux OGM, une contamination de nos champs et de nos assiettes. Il semble évident qu’il en serait de même pour le TAFTA/TTIP.

Tribune

  • Reconstruire la politique ? A vous la parole, prenez-la !

    Les lecteurs de Reporterre

    Dans quatre jours, la Rencontre de Reporterre : « L’écologie au coeur de la reconstruction politique ».

    Vous avez lancé le débat : à vous la parole, ici.

    Comment, selon vous, reconstruire la politique ?

  • L’agriculture intensive et le bétonnage détruisent les sols

    Frédéric Denhez

    En France, vice-championne du monde en étalement urbain, 26 mètres carrés de terres fertiles disparaissent chaque seconde. Et les terres cultivées sont pour la plupart dégradées par le mariage de la mécanique et du chimique de l’agriculture moderne. Mais de plus en plus d’agriculteurs retrouvent le respect des sols et sortent du carcan idéologique de l’agriculture intensive.