Accueil > Ecologie > Un projet de LGV vers Clermont-Ferrand menace la Sologne

Ecologie

Un projet de LGV vers Clermont-Ferrand menace la Sologne

Pays de Grande Sologne

mardi 25 juin 2013


Contre le projet ouest de la ligne LGV POCL qui menace gravement la Sologne !

TITION CONTRE LE PROJET OUEST DE LIGNE GRANDE VITESSE QUI MENACE GRAVEMENT LA SOLOGNE

Le Gouvernement et Réseau Ferré de France vont choisir dans les prochains jours le tracé définitif de la future Ligne à Grande Vitesse Paris/Orléans/Clermont-Ferrand/Lyon (LGV POCL).

Cette ligne passera soit au travers de la Sologne (tracé « ouest »), soit plus à l’Est (tracé « médian ») épargnant la Sologne.

EN SOLOGNE, LE TRACÉ IMPACTE TROP DE ZONES SENSIBLES !

En Sologne, le tracé coupe en deux le territoire sur 70 km du nord au sud, dans un fuseau d’études actuel de 10 km de large sur les communes d’Ardon, La Ferté St Aubin, Vouzon, Lamotte-Beuvron, Chaumont-sur-Tharonne, Nouan-le-Fuzelier, Salbris , Orçay, Theillay, Vouzeron, Neuvy-sur-Barangeon, Nançay notamment.

Ce tracé impactera beaucoup trop de zones sensibles : quartiers d’habitation, zones d’activités économiques, espaces touristiques majeurs (Parc Equestre Fédéral, Center Parcs, Domaine de Chalès, Courcimont, karting...), sites sensibles ou protégés (établissement de munitions, entreprises d’armement, patrimoine classé, Radiotélescope …), forêts domaniales et zones naturelles d’intérêt Natura 2000 notamment !

NOUS REFUSONS CE TRACE OUEST QUI PORTE ATTEINTE AU DEVELOPEMENT ECONOMIQUE DURABLE DE LA SOLOGNE.

UN TRACÉ OUEST QUI N’APPORTE RIEN À LA SOLOGNE !

La ligne SNCF Orléans-Vierzon permet aujourd’hui de desservir les 6 gares de Sologne, de Saint-Cyr en Val au nord à Theillay au sud avec des dessertes quotidiennes vers Paris.

La ligne POCL n’apportera rien pour les voyageurs en Sologne : aucun arrêt dans une des 6 gares. L’utilisation partielle de la ligne SNCF actuelle par le POLT et le POCL pourrait même peser sur le maintien des dessertes solognotes actuelles.

Contrairement à ce qui se dit, un éventuel « jumelage » avec l’A71 ne permet pas à la Sologne d’échapper aux lourdes conséquences de la ligne LGV, bien au contraire. Un jumelage ne pourrait être que très partiel sur les 70km de traversée de la Sologne (courbures), impliquerait plus de 500 ha de délaissés, un surcoût financier de 20%, des raccordements grillagés à la ligne actuelle au sud d’Orléans et au nord de Vierzon, des infrastructures routières est-ouest à reprofiler sur les deux axes…

NOUS REFUSONS UN TRACÉ QUI N’APPORTE RIEN À LA SOLOGNE ET LA FRAGILISE !

LE TRACÉ SOLOGNOT N’APPORTE AUCUN AVANTAGE SUPPLEMENTAIRE À ORLÉANS OU À VIERZON !

Les deux tracés permettent une desserte quasi équivalente à Orléans et Vierzon : ces deux « portes économiques » importantes de la Sologne sont donc assurées d’être connectées au réseau international des LGV.

Il n’en est pas de même pour l’agglomération blésoise (107 282 habitants, soit 31,8% de la population du Loir-et-Cher, 52 000 emplois, soit 41% du Loir-et-Cher, destination touristique/châteaux de la Loire) qui trouve les meilleures interconnexions (Nantes-Lyon-Marseille) avec le tracé médian.

NOUS REFUSONS LE TRACÉ SOLOGNOT QUIFAVORISE BLOIS ET LE LOIR-ET-CHER !

LE TRACÉ SOLOGNOT MENACE GRAVEMENT LA RICHESSE PATRIMONIALE DE LA SOLOGNE.

La Sologne constitue un site Natura 2000 exemplaire de 348.000 hectares ; résultat d’une concertation locale résolument volontaire : 1er site de France pour la directive Habitats !

La Sologne présente également une biodiversité ordinaire riche et variée et notamment des populations de cervidés remarquables pour lesquelles il est indispensable d’assurer une libre circulation.

Le tracé ouest de la LGV créera la plus lourde atteinte au patrimoine naturel jamais commise en Sologne et irrémédiable : 700 hectares d’infrastructures, une coupure infranchissable sur 70 km du nord au sud de la Sologne (140 km de grillages), plus deux raccordements à la ligne actuelle -également grillagés- au nord de la Ferté Saint-Aubin et au sud de Salbris.

A l’heure où beaucoup d’élus se battent, avec difficulté, pour lutter contre l’engrillagement solognot, où l’Union européenne, l’Etat et les Régions (Trames Vertes et Bleues) mobilisent des crédits publics pour favoriser le maintien d’une biodiversité qui rend à l’espèce humaine de nombreux services indispensables à sa survie et son bien-être, un tracé solognot est inconcevable.

NOUS REFUSONS QUE LA LGV PORTE UNE ATTEINTE GRAVE ET IRRÉPARABLE À L’INTÉGRITÉ DU 1er SITE NATURA 2000 DE FRANCE, LA SOLOGNE , ALORS QUIL EXISTE UNE ALTERNATIVE POSSIBLE AVEC LE TRACÉ « MEDIAN » !

POUR TOUTES CES RAISONS, NOUS, SIGNATAIRES DE CETTETITION, REFUSONS LE TRACÉ LGV EN SOLOGNE ET DEMANDONS AU GOUVERNEMENT ET À « RESEAU FERRÉ DE FRANCE » DE CHOISIR UNE SOLUTION ALTERNATIVE À CE TRACÉ !



Source : et photo : Change.org

Info

Tribune

  • La « Troisième révolution industrielle » n’aura pas lieu

    François Jarrige, avec Dominique Bourg, Joël Decarsin, Alain Gras, Jean-François Herouard, Hervé Kempf, Frédérick Lemarchand, Noël Mamère, Agnès Sinaï, et Hélène Tordjman

    Le projet de Jérémy Rifkin, célébré par les médias, est séduisant. Mais un examen attentif dévoile les contradictions d’une pensée qui tend à « éviter les remises en cause, résorber les contestations qui s’élèvent (...), en renouvelant l’utopie des technologies salvatrices qui résoudront naturellement tous les problèmes. »

  • Climat : les Européens scellent un accord médiocre et décevant

    Maxime Combes

    Les Etats européens se sont mis d’accord durant la nuit sur le Paquet énergie climat 2030. Un accord médiocre, comportant des objectifs très faibles sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, sur les économies d’énergie et sur les énergies renouvelables. Les Etats-membres de l’UE tournent le dos aux recommandations du GIEC et à leurs engagements de viser une limitation à 2°C du réchauffement climatique.

  • Repères pour mener des luttes non violentes - et victorieuses

    Geneviève Coiffard-Grosdoy

    La stratégie de la non-violence choisit et assume de modifier les rapports de force par la conviction et la mobilisation du plus grand nombre. Réflexions d’une militante non-violente de Notre-Dame-des-Landes, autour de cette notion et sur la question des limites à se poser dans un combat non violent.