Accueil > Alternatives > Un site gratuit pour échanger sans argent et sans troc

Alternatives

Un site gratuit pour échanger sans argent et sans troc

La Méduse

mardi 15 octobre 2013


La Méduse est un espace numérique de rencontre entre des personnes qui souhaitent pratiquer des échanges non marchands. C’est-à-dire, réaliser ensemble, gratuitement et sans contre-partie obligatoire des activités, et se partager, se prêter ou se donner gratuitement toutes sortes d’objets et de ressources.

C’est un outil convivial, ouvert à tous, permettant de donner, prêter, recevoir, emprunter, réaliser sans argent et sans contre-partie diverses activités.

L’idée, c’est d’offrir une alternative non-marchande à tout ce qu’on a l’habitude de payer.

C’est aussi un projet ouvert, à but non lucratif et non directif, construit et géré par des volontaires et qui avance avec les contributions de chacun.

Un vieux vélo traîne dans votre garage ? Une machine à coudre que vous n’utilisez plus ? Pourquoi ne pas les donner plutôt que de les jeter ou de les revendre pour trois fois rien... Ou bien, pourquoi ne pas les prêter grâce à l’interface fournie par ce site ? Car si d’autres le font, vous aurez aussi la possibilité d’en bénéficier à votre tour. Et c’est pareil pour tout, voilà l’idée centrale de ce portail.


Source : La méduse

Lire aussi : A Toulouse, une « coopérative intégrale » prépare l’après-capitalisme

Info

  • Des riziculteurs de Camargue veulent pouvoir tirer sur les flamants roses

    Sylvie Bonnet (France 3 Languedoc Roussillon)

    Il est l’emblème de la Camargue. Mais le flamant rose causerait des dégâts de plus en plus importants dans les rizières. Certains riziculteurs demandent une indemnisation. D’autres remettent en cause le statut d’oiseau protégé et demandent des autorisations de tirs.

Tribune

  • Les crimes contre la nature sont des crimes contre la paix et l’humanité

    Valérie Cabanes

    À l’heure où la prédation de l’homme sur son environnement n’a jamais été aussi intense, un mouvement mondial est lancé pour que le crime d’écocide soit reconnu au niveau du droit international comme un crime contre la paix. Un moyen juridique indispensable et urgent pour que les agressions des grandes entreprises sur l’environnement ne restent plus impunies.