Accueil > À découvrir > Génération Végétale

À découvrir

Génération Végétale

Hugo Lebout (Natura Sciences)

dimanche 8 décembre 2013

Replanter la nature en ville. Comment créer sa ferme à la fenêtre de son appartement ou fabriquer ses bombes à graines pour fleurir les villes ? Comment faire la fête autour de légumes voués au rebut ? Quelles sont les plantes sauvages à manger près de chez vous ? Plus de 50 récits pour devenir un véritable citoyen du végétal en zone urbaine.


Qu’il s’agisse de fleurir les villes sauvagement, de planter des comestibles dans les espaces publics, de se divertir autour d’une soupe de légumes vouée au rebut, de manger local ou de penser les villes de demain, les initiatives de retour au végétal en milieu urbain pullulent. Génération végétale présente les initiatives de dix mouvements de cette nouvelle génération !

Guerrilla gardening, Incroyables Comestibles, Disco Soupe, Jardiniers urbains, architecture végétale, glanage, locavore, végan, zéro impact, villes en transition : ces mouvements sont nés à l’étranger et ont germé en France récemment grâce aux réseaux sociaux. Ils répondent à des problématiques économique, écologique, sociale, sanitaire et philosophique.

D’horizons sociaux et professionnels différents, les membres de ces mouvements partagent une envie commune : agir. Pour Disco soupe, l’idée sera de cuisiner ensemble et en musique pour en finir avec le gaspillage alimentaire. De son côté, le mouvement des incroyables comestibles cultive, partage et donne des légumes et des fruits cultivés par les habitants. Les jardiniers urbains quant à eux s’occupent de jardins partagés, des espaces collectifs gérés par des associations de quartiers.

On trouve également la guérilla jardinière qui cultive des terres vacantes, laissées à l’abandon. Elle lutte contre la rareté et l’abandon des espaces verts en milieu urbain. Un jardinage un peu différent se retrouve dans l’architecture végétale qui consiste à planter partout où cela est possible : murs végétaux, fermes urbaines, etc.

Des mouvements se développent aussi pour transformer notre alimentation : les locavores mangent local et de saison, les végétariens bannissent les protéines animales, les « zéro impact » refusent le superflu, réduisent, réutilisent, recyclent et compostent, pendant que les glaneurs préfèrent récupérer et consommer les invendus des supermarchés.

Enfin, ces mouvements s’inscrivent dans celui des villes en transition qui visent à réduire notre dépendance aux énergies fossiles. La plupart des projets s’articulent autour des énergies renouvelables, des transports propres, du développement de la solidarité entre les habitants, des réseaux de recyclage, voire le développement d’une monnaie locale.

Vous trouverez forcément dans ce livre un mouvement qui vous intéresse, plus de 50 fiches pratiques vous permettant de devenir un véritable citoyen du végétal en zone urbaine !


Génération végétale, Collectif de journalistes, Editions Les Arènes, 230 pages, 14,7€.



Source : Natura Sciences.

Première mise en ligne le 27 novembre 2013.

Consulter par ailleurs : La bibliothèque de Reporterre

Info

  • Le jour où les parkings deviennent des jardins

    Lorène Lavocat (Reporterre)

    Des transats, un terrain de pétanque ou un atelier de peinture… sur une place de parking ! Ce vendredi 19 septembre, la ville se met au vert, pour la nouvelle édition du Parking Day.

  • Anaïs passionne les foules avec ses tisanes‏

    Julie Lallouët-Geffroy (Reporterre)

    Derrière son étal du marché, Anaïs vend ses tisanes. Difficile d’imaginer que cette jeune femme est devenue une héroïne du web. Un film tourné pendant deux ans raconte les embûches auxquelles a été confrontée l’herboriste pour se lancer : Anaïs s’en va-t-en guerre a été vu plus de 500 000 fois sur la toile. Il sera diffusé à l’automne sur France 4. Récit d’une improbable success story.

Tribune

  • L’agroécologie ne peut être que paysanne

    Collectif d’associations

    On n’a jamais autant entendu parler d’agroécologie, et pourtant l’agriculture industrielle et intensive n’a jamais été aussi prégnante. C’est que les gouvernements, et en particulier le gouvernement français, « camoufle[nt] [leur] fuite en avant destructrice derrière le vocabulaire des alternatives. » Mais la seule agroécologie qui ait un sens doit être paysanne, sociale, écologique, et ancrée dans les territoires.