Accueil > Alternatives > Les restaurants "certifiés bio" servent leurs premiers repas

Alternatives

Les restaurants "certifiés bio" servent leurs premiers repas

Pascale Mugler (Reporterre)

samedi 30 novembre 2013

L’agriculture bio, c’est bien. Et les restaurants où l’on sert des mets bio, c’est très bien. La première certification vient de sortir, et plusieurs restaurants en France sont ainsi "labellisés bio".


Le premier cahier des charges dédié à la restauration collective bio pour les établissements d’enseignement, les administrations, entreprises à caractère sanitaire et social, structures d’accueil type crèches, centres de vacances, etc., vient de sortir ex. C’est Ecocert, l’organisme de contrôle historique de la bio qui a mis au point « En cuisine » dont les critères concernent quatre domaines : le bio, le local, le sain, le durable. Ainsi le restaurant labellisé « En Cuisine » doit proposer toute l’année un choix varié de produits bio pour réduire « l’impact des pesticides dans l’assiette », précise Ecocert. Il doit privilégier les filières courtes ce qui réduit l’empreinte carbone, créer du lien avec les producteurs locaux, être très attentif à l’équilibre nutritionnel, valoriser le « fait maison », limiter les additifs, pouvoir prouver la traçabilité des produits, informer clairement les convives.

Pour la durabilité, les gestionnaires doivent faire preuve de mesures concrètes montrant qu’ils limitent le gaspillage et l’impact environnemental (emballages, vaisselle, détergents…). Ecocert voit dans son référentiel un outil de progression et a défini trois niveaux de labellisation. Par exemple, le niveau 1 impose de 10 à 20 % de bio au moins et un produit bio et local mensuel et pas d’OGM. Le plus exigeant impose entre autres plus de 50 % de produits bio et au moins dix ingrédients bio et locaux par mois, pas de graisses hydrogénées, des repas cuisinés sur place, des éco-détergents.

D’un coût annuel de 150 à 450 €, selon que l’établissement soit en gestion concédée ou directe, la démarche suppose des contrôles annoncés ou inopinés.
Parmi les premiers établissements labellisés, les cinq restaurants municipaux scolaires de Pamiers en Ariège (niveau 3), le restaurant d’entreprise de la Banque de France à Toulouse (niveau 1) ou le restaurant du lycée Gilles Germain à Rochefort en Charente-Maritime (niveau 3).

La restauration collective est considérée comme un des leviers de développement de la bio dans les deux derniers plans bio gouvernementaux. L’arrivée de ce référentiel prouve que la sauce bio prend dans les cantines. Il permet de mesurer les progression des établissements qui de leur côté pourront valoriser et crédibiliser leur démarches. Pour le consommateur, une labellisation reposant sur des critères sérieux et des contrôles indépendants est une garantie contre le greenwashing ambiant.

Les niveaux de certification :


Source : Pascale Mugler pour Reporterre.

Photo : Floresto.

Lire aussi : Le consommateur bio est en meilleure santé que le non-bio.


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :

Info

  • Gilles Clément : « Jardiner, c’est résister »

    Lorène Lavocat (Reporterre)

    Depuis plus de quarante ans, Gilles Clément pense le paysage. Il aime avoir les mains dans la terre et travailler avec le vivant. Dans la Creuse, où il vit, à Versailles, où il enseigne, et partout ailleurs, puisque la planète est un jardin. Il porte la vision d’un monde où l’homme vivrait avec la nature et non pas contre.

  • "Etre écologiste, c’est faire avec"

    Entretien avec Catherine Larrère

    Philosophe de l’environnement, Catherine Larrère participe le 12 décembre à la Rencontre de Reporterre sur le thème : "Qu’est-ce qu’être écologiste ?". Retraçant la philosophie occidentale de la nature, elle montre que la question de l’intervention humaine sur le monde est au coeur de l’interrogation écologiste.

  • La presse dominée accuse un média alternatif d’avoir crevé des Vélib

    Camille Martin (Reporterre)

    Des pneus de centaines de Vélib ont été crevés par des activistes qui entendaient dénoncer un accord entre JC Decaux et la Ville de Paris. Les médias qui ont relaté l’affaire ont faussement accusé Indymedia Nantes, qui avait relayé le communiqué, d’avoir commis l’acte.

Tribune

  • Un projet de lignes THT menace de défigurer la Haute Durance

    Avenir Haute Durance

    Réseau de Transport d’Électricité (RTE), filiale d’EDF, prépare la rénovation du réseau électrique des Hautes-Alpes. Malgré ses échecs dans les Pyrénées, le Verdon et en Savoie, RTE veut implanter en Haute-Durance des lignes THT aériennes surdimensionnées, qui impacteraient une région aux paysages somptueux dont dépend son économie.

  • Et si la gratuité des transports n’était pas une bonne idée ?

    Jean Sivardière

    La gratuité des transports, belle sur le papier, est difficilement appliquable. Et surtout, elle ne parvient pas à baisser considérablement l’utilisation de la voiture. Une réelle politique d’amélioration des transports alternatifs à la voiture serait plus à même de le faire.