Accueil > Alternatives > Les restaurants « certifiés bio » servent leurs premiers repas

Alternatives

Les restaurants « certifiés bio » servent leurs premiers repas

Pascale Mugler (Reporterre)

samedi 30 novembre 2013

L’agriculture bio, c’est bien. Et les restaurants où l’on sert des mets bio, c’est très bien. La première certification vient de sortir, et plusieurs restaurants en France sont ainsi « labellisés bio ».


Le premier cahier des charges dédié à la restauration collective bio pour les établissements d’enseignement, les administrations, entreprises à caractère sanitaire et social, structures d’accueil type crèches, centres de vacances, etc., vient de sortir ex. C’est Ecocert, l’organisme de contrôle historique de la bio qui a mis au point « En cuisine » dont les critères concernent quatre domaines : le bio, le local, le sain, le durable. Ainsi le restaurant labellisé « En Cuisine » doit proposer toute l’année un choix varié de produits bio pour réduire « l’impact des pesticides dans l’assiette », précise Ecocert. Il doit privilégier les filières courtes ce qui réduit l’empreinte carbone, créer du lien avec les producteurs locaux, être très attentif à l’équilibre nutritionnel, valoriser le « fait maison », limiter les additifs, pouvoir prouver la traçabilité des produits, informer clairement les convives.

Pour la durabilité, les gestionnaires doivent faire preuve de mesures concrètes montrant qu’ils limitent le gaspillage et l’impact environnemental (emballages, vaisselle, détergents…). Ecocert voit dans son référentiel un outil de progression et a défini trois niveaux de labellisation. Par exemple, le niveau 1 impose de 10 à 20 % de bio au moins et un produit bio et local mensuel et pas d’OGM. Le plus exigeant impose entre autres plus de 50 % de produits bio et au moins dix ingrédients bio et locaux par mois, pas de graisses hydrogénées, des repas cuisinés sur place, des éco-détergents.

D’un coût annuel de 150 à 450 €, selon que l’établissement soit en gestion concédée ou directe, la démarche suppose des contrôles annoncés ou inopinés.
Parmi les premiers établissements labellisés, les cinq restaurants municipaux scolaires de Pamiers en Ariège (niveau 3), le restaurant d’entreprise de la Banque de France à Toulouse (niveau 1) ou le restaurant du lycée Gilles Germain à Rochefort en Charente-Maritime (niveau 3).

La restauration collective est considérée comme un des leviers de développement de la bio dans les deux derniers plans bio gouvernementaux. L’arrivée de ce référentiel prouve que la sauce bio prend dans les cantines. Il permet de mesurer les progression des établissements qui de leur côté pourront valoriser et crédibiliser leur démarches. Pour le consommateur, une labellisation reposant sur des critères sérieux et des contrôles indépendants est une garantie contre le greenwashing ambiant.

Les niveaux de certification :


Source : Pascale Mugler pour Reporterre.

Photo : Floresto.

Lire aussi : Le consommateur bio est en meilleure santé que le non-bio.


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :

Info

  • Climat : échec à Paris des négociations sur les gaz HFC

    Emilie Massemin (Reporterre)

    Une centaine d’États se sont réunis cette semaine à Paris pour discuter des hydrofluorocarbures (HFC), un gaz à effet de serre très puissant. Les discussions n’ont pas abouti à l’adoption d’un amendement limitant leur usage. Mais la Chine et l’Inde assouplissent leur position.

  • « Contre la contestation des projets inutiles, l’État permet une justice d’exception »

    Entretien avec Stéphane Vallée

    Des rassemblements contre la violence policière se déroulent samedi 22 novembre. Ils visent à protester contre la répression très forte des luttes contre les destructions écologiques. Pour Stéphane Vallée, avocat d’activistes à Notre-Dame-des-Landes, « l’État associe la contestation aux grands projets dits inutiles et imposés à l’image du terrorisme, permettant ainsi une justice d’exception ».

Tribune

  • VIDEO - Loulou Jedi dit tout sur Tina, vieille star du X

    Nathalie Delhommeau (Reporterre)

    « Il n’y a pas d’alternative », Il n’y a pas d’alternative« , Il n’y a pas d’alternative » : dans cet écolo-coaching, Loulou JEDI démontre qu’il est plus que temps de cesser de se répéter cette petite musique thatchérienne et analyse les raisons du blocage de nos « élites » sur ce tube international « oil fashion ».

  • Pour le droit à refuser les grands projets inutiles... sans subir les violences policières

    Collectifs locaux

    Des manifestations auront lieu samedi 22 contre les violences policières. A Nantes, des « lettres d’auto-dénonciation » seront déposées au bureau du procureur. « Nous proposons à toutEs les participantEs à la manif d’apporter des idées nouvelles pour instaurer un climat de confiance, et donc de considérer comme un enjeu de s’abstenir de répondre aux provocations des flics ou s’en prendre aux biens matériels. »

  • CHRONIQUE- Non violent malgré tout

    Vincent Liegey

    Les violences d’Etat et de l’oligarchie s’intensifient. Face à elle, même si la colère est légitime, « utiliser la violence au nom de la lutte contre la violence est une impasse. » Il faut « au contraire ne jamais utiliser les outils du modèle que nous combattons et rester cohérent dans notre démarche. »