Accueil > Alternatives > Des cours universitaires en ligne et gratuits

Alternatives

Des cours universitaires en ligne et gratuits

Orchestre poétique d’avant-guerre

lundi 2 décembre 2013


L’Université catholique de Louvain, l’École normale supérieure, l’École normale supérieure de Lyon, l’École polytechnique, l’École polytechnique fédérale de Lausanne et l’Université de Montréal lancent le portail « Océan », ont annoncé les universités dans un communiqué commun lundi 18 novembre. Ce portail va structurer l’offre francophone de « formations en ligne ouvertes à tous » (FLOTs), des cours francophones en ligne gratuits.

L’Université catholique de Louvain, déjà présente sur une plate-forme internationale destinée à héberger des cours en ligne (edX), compte actuellement deux cours sur ce portail francophone. « Le rôle des universités c’est la construction et la diffusion du savoir. Ici on a une possibilité de diffusion moderne », explique Vincent Blondel, coordinateur du projet Océan pour l’UCL. « Nous n’avons pas d’intérêt financier, les cours sont gratuits. Il s’agit simplement du rôle sociétal de l’UCL. »

« Océan souhaite favoriser le développement d’une offre de FLOTs, qui contribuera à l’enseignement dans les régions francophones », indique le communiqué. « Il s’agit là d’un enjeu de taille pour les 220 millions de francophones dans le monde et les 100 millions de personnes apprenant le français. » « Ces cours permettent à tout un chacun de suivre un cours qui l’intéresse, peu importe sa localisation », indique Vincent Blondel. « Près d’un tiers des gens qui suivent un cours en ligne le font par simple intérêt. Puis il y a aussi les étudiants qui ne sont pas encore inscrits et qui veulent s’informer sur les cours et leurs degrés d’exigence. » Le portail Océan devrait à terme proposer des cours de toutes les facultés de différentes universités francophones belges et internationales.


Source : Opa-infos.

Ecouter aussi : Pourquoi l’éducation populaire va-t-elle contre la fatalité ?.

Info

  • Climat : échec à Paris des négociations sur les gaz HFC

    Emilie Massemin (Reporterre)

    Une centaine d’États se sont réunis cette semaine à Paris pour discuter des hydrofluorocarbures (HFC), un gaz à effet de serre très puissant. Les discussions n’ont pas abouti à l’adoption d’un amendement limitant leur usage. Mais la Chine et l’Inde assouplissent leur position.

  • « Contre la contestation des projets inutiles, l’État permet une justice d’exception »

    Entretien avec Stéphane Vallée

    Des rassemblements contre la violence policière se déroulent samedi 22 novembre. Ils visent à protester contre la répression très forte des luttes contre les destructions écologiques. Pour Stéphane Vallée, avocat d’activistes à Notre-Dame-des-Landes, « l’État associe la contestation aux grands projets dits inutiles et imposés à l’image du terrorisme, permettant ainsi une justice d’exception ».

Tribune

  • VIDEO - Loulou Jedi dit tout sur Tina, vieille star du X

    Nathalie Delhommeau (Reporterre)

    « Il n’y a pas d’alternative », Il n’y a pas d’alternative« , Il n’y a pas d’alternative » : dans cet écolo-coaching, Loulou JEDI démontre qu’il est plus que temps de cesser de se répéter cette petite musique thatchérienne et analyse les raisons du blocage de nos « élites » sur ce tube international « oil fashion ».

  • Pour le droit à refuser les grands projets inutiles... sans subir les violences policières

    Collectifs locaux

    Des manifestations auront lieu samedi 22 contre les violences policières. A Nantes, des « lettres d’auto-dénonciation » seront déposées au bureau du procureur. « Nous proposons à toutEs les participantEs à la manif d’apporter des idées nouvelles pour instaurer un climat de confiance, et donc de considérer comme un enjeu de s’abstenir de répondre aux provocations des flics ou s’en prendre aux biens matériels. »

  • CHRONIQUE- Non violent malgré tout

    Vincent Liegey

    Les violences d’Etat et de l’oligarchie s’intensifient. Face à elle, même si la colère est légitime, « utiliser la violence au nom de la lutte contre la violence est une impasse. » Il faut « au contraire ne jamais utiliser les outils du modèle que nous combattons et rester cohérent dans notre démarche. »