Accueil > Société > A vélo, le casque doit rester facultatif

Société

A vélo, le casque doit rester facultatif

Francis Vergier (Silence)

jeudi 23 janvier 2014

Depuis une dizaine d’années, des élus essaient de rendre le port du casque obligatoire. Face à eux, les associations de cyclistes s’y opposent. Pourquoi ?


Argument en faveur du casque : cela protégerait des traumatismes crâniens. Or, les casques actuels ne sont pas efficaces pour une chute ou un choc à plus de 20 km/h. Et dès 2005, la FUB, Fédération des usagers de la bicyclette, a rassemblé nombre d’études sur le sujet. Le premier pays à rendre le casque obligatoire a été la Finlande en 2003. La Suède et la Slovénie ont suivi pour les moins de 15 ans en 2007. La Nouvelle-Zélande et l’Australie ont légiféré sur le port obligatoire également. Le projet est en débat en Espagne. En 2007, en France, un projet de loi a été repoussé par les associations qui ont su convaincre plusieurs députés et le ministre de l’Ecologie de l’époque, Jean-Louis Borloo.

Les raisons de s’y opposer

L’instauration du casque obligatoire transmet un message de dangerosité du vélo. Dans tous les pays où l’obligation a été mise en place, cela a eu comme conséquence une baisse de 25 à 30 % de l’usage de la bicyclette… alors que seulement 15 à 50 % des cyclistes mettaient un casque. Or ce n’est pas la vélo qui est dangereux en lui, mais ceux qui le percutent…

Le principal défaut observé est le changement de comportement des automobilistes : une étude menée en Grande-Bretagne avec une caméra embarquée, montre que les voitures passent plus près des vélos lorsque les cyclistes sont casqués que lorsqu’ils ne le sont pas, ce qui augmente le risque de passer sous le véhicule en cas de chute.

La chute d’usage du vélo constatée partout entraîne une moindre visibilité des deux roues dans la circulation et une étude de 2003 a montré que cela augmente de fait le nombre d’accidents.

La conclusion des associations de cyclistes est que cette mesure est une demande des lobbies d’automobilistes, qui cherchent à se débarrasser des cyclistes qui les ralentiraient.

D’autres critères à prendre en compte

Le Danemark et les Pays-Bas sont les deux pays au monde où il y a le plus de cyclistes. Ce sont aussi les pays où l’usage du casque est le moins répandu (entre 1 et 3 % contre près de 10 % en France). Or ce sont les deux pays où le nombre d’accidents de vélos sont les plus faibles.

A km parcouru en vélo, les Etats-Unis, qui font la promotion du casque mais où le vélo est très peu utilisé, compte 5 fois plus d’accidents pour les cyclistes…

Ce n’est donc pas le casque qui fait la différence, mais bien la perception de la place du vélo dans la société. C’est pourquoi les associations de cyclistes demandent de réfléchir aux moyens d’éviter les comportements dangereux des véhicules motorisés qui sont les premiers responsables des accidents de cyclistes.


Source : Article publié en partenariat avec la revue Silence

Photos :
. chien : pcautunmorvan
. La Dépêche

Lire aussi : Merci Monsieur le Préfet

Info

  • Au Brésil, les vrais joueurs de la Coupe du monde du football seront des éléphants blancs

    Andrea Barolini (Reporterre)

    Des émeutes ont eu lieu mardi soir au Brésil, à Copacabana. A six semaines de la Coupe du monde de football, le pays est tout sauf calme. Une des raisons en est la débauche d’argent dépensé pour des stades démesurés, quand pauvreté et inégalité sont toujours immenses. Voici un tour guidé de ces grands projets footballistiques inutiles.

  • Le cabinet de Ségolène Royal dirigé par une Ponts et chaussées

    Camille Martin (Reporterre)

    Non sans mal, la nouvelle ministre de l’Ecologie a formé son cabinet. Il sera dirigé par Elisabeth Borne, formée aux Ponts et chaussées, et qui a travaillé chez un grand du BTP, la société Eiffage, et soutenu à Paris un projet très contesté par les écologistes.

Tribune

  • Mais où est donc passé « l’Airbus de l’énergie » promis par M. Hollande ?

    Noël Mamère

    Il y a plus de trois mois, François Hollande annonçait la création de "l’Airbus de l’énergie", moteur d’une future Communauté européenne de l’énergie destiné à soutenir le développement des énergies renouvelables. Mais depuis, silence radio. "En vérité, un consensus conservateur et productiviste bloque tout projet d’envergure sur les énergies renouvelables en France."

  • Mme Royal, abandonner l’écotaxe serait aberrant

    Peio Dufau et Jérôme Teillary (CGT)

    Des syndicalistes prennent parti. "La pollutaxe n’est pas une fiscalité punitive (...), mais un juste rééquilibrage d’une concurrence déloyale et faussée entre la route et les moyens de transport alternatifs."

  • L’appel de Jimmy Carter et Mary Robinson pour le climat

    Jimmy Carter et Mary Robinson

    L’ancien président des Etats-Unis et l’ancienne présidente d’Irlande appellent à la mobilisation sur le changement climatique. En 2015, adjurent-ils, "les dirigeants du monde entier doivent s’entendre sur un traité pour le climat".