Accueil > Alternatives > Des semences en accès libre pour se libérer des brevets

Alternatives

Des semences en accès libre pour se libérer des brevets

Conso Globe

mercredi 7 mai 2014

Le mouvement des Graines en « open source » place les semences dans le domaine public, pour empêcher qu’elles soient brevetable.


Le plus grand reproche qui est fait à des groupes agro-industriels ou de chimie comme Montsanto, plus encore que les techniques de plantes OGM, est sans doute celui de vouloir s’accaparer la propriété du vivant, et notamment des graines. L’initiative « Graines open source » ou « semences open sources » vise à les en empêcher.

Pour éviter que de nombreuses semences de plantes usuellement cultivées, une initiative dénommée Open Source Seed Initiative ou OSSI entreprend depuis 2001 de développer des semences en " open source" , c’est-à-dire libres de droits ou brevets.

Il s’agit de préserver pour chaque agriculteur ou chaque jardinier la possibilité de cultiver les espèces de leur choix sans avoir à passer par des graines dont les Du Pont, Syngenta ou Monsanto s’accaparent la propriété. L’initiative Graines open source veut donc restaurer une pratique autrefois très banale de partage de semence entre les producteurs. Il s’agit de conserver certaines semences de légumes dans le domaine public et de les protéger de futurs potentiels brevets.

Evidemment, le terrain de bataille est celui de la propriété intellectuelle avec pour débat central les brevets portant sur des organismes vivants, fruits, légumes, fleurs, animaux, etc.

« Ces légumes font partie de notre héritage culturel collectif et notre but est de nous assurer que ces semences vont rester dans le domaine public de manière à ce que chacun puisse s’en servir à l’avenir »  : c’est ainsi qu’Irwin Goldman, horticulteur et professeur résume le credo de l’initative pour des semences open sources

Le mouvement Graines en open source est encore petit, mais déjà les semences qu’il conserve dans le domaine public, peuvent librement être cultivées et améliorées par touts les jardiniers ou agriculteurs

L’OSSI propose actuellement 29 variétés de 14 végétaux largement cultivés. En utilisant ces graines, on souscrit à la promesse suivante : « Cet engagement Open Source Seed vise à garantir votre liberté d’utiliser de quelque manière que ce soit les graines contenues dans ce sachet, ainsi que la liberté dans ce domaine de tous les utilisateurs ultérieurs. En ouvrant ce sachet, vous vous engagez à ne pas restreindre pour d’autres utilisateurs l’usage de ces graines ni leurs dérivés par des brevets, licences ou tout autre moyen. Vous vous engagez également à joindre ce serment au moment où vous transférerez ces graines ou leurs dérivés. »

En ligne de mire, il y a la préservation et l’accroissement de la biodiversité des semences cultivées et une agriculture plus équitable sur le plan mondial.


Source : ConsoGlobe

Photo : Graines de quinoa (Grist).

Lire aussi : Les paysans arrachent une victoire sur les semences

Info

  • La grenade « offensive » qui aurait tué Rémi Fraisse au cœur de la polémique

    Gaspard Glanz et Camille Martin (Reporterre)

    Rémi Fraisse a-t-il été tué par une grenade offensive ? Alors que les premiers éléments de l’enquête semblent attester cette hypothèse, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé la suspension de l’utilisation de cette grenade qui suscite le débat. Reporterre fait le point sur le recours à cette arme lors des manifestations et sur les réactions politiques.

Tribune

  • Thomas Sankara, le président qui roulait en Renault 5

    Christophe Goby (CQFD)

    Thomas Sankara, président du Burkina Faso de 1983 à 1987, est devenu un mythe de courage et de dignité. Assassiné en 1987, il avait fait de l’anti-impérialisme son combat. Un président intègre, dont le souvenir reste gravé dans la mémoire des peuples, alors qu’en ce moment même, au Burkina, les jeunes s’opposent au nouveau coup de force constitutionnel de l’actuel président, Blaise Compaoré.

  • EDITO - Un crime du pouvoir socialiste

    Hervé Kempf (Reporterre)

    Le décès de Rémi Fraisse au Testet est le résultat d’un crime : celui des responsables socialistes qui ont piétiné la loi et la démocratie pour ne laisser d’autre issue que la violence.