Accueil > Alternatives > Des semences en accès libre pour se libérer des brevets

Alternatives

Des semences en accès libre pour se libérer des brevets

Conso Globe

mercredi 7 mai 2014

Le mouvement des Graines en « open source » place les semences dans le domaine public, pour empêcher qu’elles soient brevetable.


Le plus grand reproche qui est fait à des groupes agro-industriels ou de chimie comme Montsanto, plus encore que les techniques de plantes OGM, est sans doute celui de vouloir s’accaparer la propriété du vivant, et notamment des graines. L’initiative « Graines open source » ou « semences open sources » vise à les en empêcher.

Pour éviter que de nombreuses semences de plantes usuellement cultivées, une initiative dénommée Open Source Seed Initiative ou OSSI entreprend depuis 2001 de développer des semences en " open source" , c’est-à-dire libres de droits ou brevets.

Il s’agit de préserver pour chaque agriculteur ou chaque jardinier la possibilité de cultiver les espèces de leur choix sans avoir à passer par des graines dont les Du Pont, Syngenta ou Monsanto s’accaparent la propriété. L’initiative Graines open source veut donc restaurer une pratique autrefois très banale de partage de semence entre les producteurs. Il s’agit de conserver certaines semences de légumes dans le domaine public et de les protéger de futurs potentiels brevets.

Evidemment, le terrain de bataille est celui de la propriété intellectuelle avec pour débat central les brevets portant sur des organismes vivants, fruits, légumes, fleurs, animaux, etc.

« Ces légumes font partie de notre héritage culturel collectif et notre but est de nous assurer que ces semences vont rester dans le domaine public de manière à ce que chacun puisse s’en servir à l’avenir »  : c’est ainsi qu’Irwin Goldman, horticulteur et professeur résume le credo de l’initative pour des semences open sources

Le mouvement Graines en open source est encore petit, mais déjà les semences qu’il conserve dans le domaine public, peuvent librement être cultivées et améliorées par touts les jardiniers ou agriculteurs

L’OSSI propose actuellement 29 variétés de 14 végétaux largement cultivés. En utilisant ces graines, on souscrit à la promesse suivante : « Cet engagement Open Source Seed vise à garantir votre liberté d’utiliser de quelque manière que ce soit les graines contenues dans ce sachet, ainsi que la liberté dans ce domaine de tous les utilisateurs ultérieurs. En ouvrant ce sachet, vous vous engagez à ne pas restreindre pour d’autres utilisateurs l’usage de ces graines ni leurs dérivés par des brevets, licences ou tout autre moyen. Vous vous engagez également à joindre ce serment au moment où vous transférerez ces graines ou leurs dérivés. »

En ligne de mire, il y a la préservation et l’accroissement de la biodiversité des semences cultivées et une agriculture plus équitable sur le plan mondial.


Source : ConsoGlobe

Photo : Graines de quinoa (Grist).

Lire aussi : Les paysans arrachent une victoire sur les semences

Info

  • Paris aussi souffre des projets inutiles : des supermarchés

    Antoine Lagneau (Les Amis de Reporterre)

    Depuis le 8 octobre, plusieurs dizaines d’habitants du dix-huitième arrondissement de Paris, regroupés au sein du collectif « Stop Carrefour », sont mobilisés pour s’opposer à l’implantation d’une énième enseigne de la grande distribution autour du quartier Simplon-Barbès. Un grand projet inutile, décidé sans aucune concertation et qui met en jeu des questions de démocratie et de gouvernance locale.

  • La Bolivie, déchirée entre extractivisme et protection de la Terre-Mère

    Anthony Laurent (Reporterre)

    Evo Morales a été réélu président de Bolivie pour un troisième mandat. Depuis 2006, le dirigeant bolivien doit composer entre développement socio-économique et urgence écologique. Mais l’extractivisme s’accommode mal des cultures amérindiennes, attachées à la protection de la Terre-Mère.

Tribune

  • EDITO - M. Hollande se fiche du monde

    Hervé Kemf (Reporterre)

    M. Hollande prétend résoudre la question des projets contestés en lançant un « chantier sur la démocratie participative ». Mais des modalités de consultation locale existent déjà dans la loi. Sauf que l’Etat, et les préfets qui obéissent à M. Hollande, ne les respectent pas.

  • RENCONTRE de REPORTERRE : Projets inutiles, la victoire est possible !

    Du Testet à Notre Dame des Landes, de Gonesse à Roybon, de Bure au Lyon Turin, les batailles contre les projets inutiles deviennent centrales. Alors que les luttes s’intensifient et remportent des vrais succès, Reporterre organise sa prochaine rencontre lundi 1 décembre : « La victoire est possible ! » Stratégies de luttes, coordination des opposants, résistance au discours des pouvoirs : la soirée promet d’être intense.

  • Éloge de la ZAD

    Des zadophiles non fanatiques de Nantes, Grenoble, de Carcassonne, et d’ailleurs

    « Ce qui a été visé dans la nuit de Sivens, c’est le scandale que représente l’existence même des ZAD et leur possible dissémination. Les ZAD (...) ne veulent pas uniquement empêcher un aménagement mais y substituer autre chose, et c’est l’audace de ce programme, aussi rudimentaire soit-il, qui commence à perturber les partisans du nihilisme de la croissance. »