Accueil > Alternatives > Des semences en accès libre pour se libérer des brevets

Alternatives

Des semences en accès libre pour se libérer des brevets

Conso Globe

mercredi 7 mai 2014

Le mouvement des Graines en « open source » place les semences dans le domaine public, pour empêcher qu’elles soient brevetable.


Le plus grand reproche qui est fait à des groupes agro-industriels ou de chimie comme Montsanto, plus encore que les techniques de plantes OGM, est sans doute celui de vouloir s’accaparer la propriété du vivant, et notamment des graines. L’initiative « Graines open source » ou « semences open sources » vise à les en empêcher.

Pour éviter que de nombreuses semences de plantes usuellement cultivées, une initiative dénommée Open Source Seed Initiative ou OSSI entreprend depuis 2001 de développer des semences en " open source" , c’est-à-dire libres de droits ou brevets.

Il s’agit de préserver pour chaque agriculteur ou chaque jardinier la possibilité de cultiver les espèces de leur choix sans avoir à passer par des graines dont les Du Pont, Syngenta ou Monsanto s’accaparent la propriété. L’initiative Graines open source veut donc restaurer une pratique autrefois très banale de partage de semence entre les producteurs. Il s’agit de conserver certaines semences de légumes dans le domaine public et de les protéger de futurs potentiels brevets.

Evidemment, le terrain de bataille est celui de la propriété intellectuelle avec pour débat central les brevets portant sur des organismes vivants, fruits, légumes, fleurs, animaux, etc.

« Ces légumes font partie de notre héritage culturel collectif et notre but est de nous assurer que ces semences vont rester dans le domaine public de manière à ce que chacun puisse s’en servir à l’avenir »  : c’est ainsi qu’Irwin Goldman, horticulteur et professeur résume le credo de l’initative pour des semences open sources

Le mouvement Graines en open source est encore petit, mais déjà les semences qu’il conserve dans le domaine public, peuvent librement être cultivées et améliorées par touts les jardiniers ou agriculteurs

L’OSSI propose actuellement 29 variétés de 14 végétaux largement cultivés. En utilisant ces graines, on souscrit à la promesse suivante : « Cet engagement Open Source Seed vise à garantir votre liberté d’utiliser de quelque manière que ce soit les graines contenues dans ce sachet, ainsi que la liberté dans ce domaine de tous les utilisateurs ultérieurs. En ouvrant ce sachet, vous vous engagez à ne pas restreindre pour d’autres utilisateurs l’usage de ces graines ni leurs dérivés par des brevets, licences ou tout autre moyen. Vous vous engagez également à joindre ce serment au moment où vous transférerez ces graines ou leurs dérivés. »

En ligne de mire, il y a la préservation et l’accroissement de la biodiversité des semences cultivées et une agriculture plus équitable sur le plan mondial.


Source : ConsoGlobe

Photo : Graines de quinoa (Grist).

Lire aussi : Les paysans arrachent une victoire sur les semences

Info

  • « L’écologie politique n’aura jamais l’âge de raison ! »

    Entretien avec Dominique Voynet

    L’écologie politique, qui a émergé en France avec la candidature de René Dumont à la présidentielle de 1974, fête ses quarante ans d’âge cette année. Après avoir quitté la mairie de Montreuil après six ans de mandat, Dominique Voynet prend du recul et analyse ce parcours dont elle reste l’une des protagonistes les plus marquantes.

Tribune

  • L’Europe impose à l’Afrique un traité pire que le TAFTA

    Jean Gadrey

    L’Union Européenne a signé avec seize pays d’Afrique de l’Ouest un accord dit de partenariat économique. Pire que le Traité transatlantique avec les Etats-Unis, l’APE est un blanc-seing donné par la Commission européenne aux multinationales pour piller les ressources et le marché africains. Un appel est lancé pour appeler les élus européens à ne pas ratifier cet accord.

  • Une civilisation se termine et nous devons en bâtir une nouvelle

    Le Dernier Appel

    « Nous sommes pris au piège de la dynamique perverse d’une civilisation qui ne fonctionne pas si elle ne croît pas et qui, avec sa croissance, détruit les ressources naturelles qui la rendent possible. (...) Une civilisation se termine et nous devons en bâtir une nouvelle. » Et vite ! Voici le Manifeste « Le dernier appel » lancé il y a peu en Espagne.

  • Les crimes contre la nature sont des crimes contre la paix et l’humanité

    Valérie Cabanes

    À l’heure où la prédation de l’homme sur son environnement n’a jamais été aussi intense, un mouvement mondial est lancé pour que le crime d’écocide soit reconnu au niveau du droit international comme un crime contre la paix. Un moyen juridique indispensable et urgent pour que les agressions des grandes entreprises sur l’environnement ne restent plus impunies.