Accueil > À découvrir > « Bienvenue dans l’angle alpha », le capitalisme mis en pièce(s).

À découvrir

« Bienvenue dans l’angle alpha », le capitalisme mis en pièce(s).

Philippe Desfilhes (Reporterre)

vendredi 13 juin 2014

Réfléchir au salariat et à l’organisation du travail dans nos sociétés, le tout sur les planches : c’est le défi auquel a répondu Judith Bernard de manière séduisante, en portant sur la scène un essai de Frédéric Lordon. Reporterre y a assisté et raconte.


Vous n’aimez pas votre travail ? Allez voir Bienvenue dans l’angle alpha, vous comprendrez pourquoi. Vous aimez votre travail ? Allez voir Bienvenue dans l’angle alpha, il sera toujours temps de vous poser la question de savoir pourquoi vous aimez tant votre travail …

Metteur en scène et comédienne, Judith Bernard s’est saisie avec ses camarades de la Compagnie ADA de Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza, essai dans lequel Frédéric Lordon repense en économiste et en philosophe notre rapport au travail. « J’ai voulu incarner avec des acteurs, un décor et de la musique un texte assez difficile et théorique, mais qui m’a vite prise aux tripes et m’a permis de mettre des mots sur des expériences que je n’avais jamais réussi à nommer », explique-t-elle.

C’est réussi : Judith Bernard transforme l’essai de Frédéric Lordon en une pièce de théâtre intelligente et pertinente. C’est aussi et surtout un moment vivant, drôle et parfois poétique. Son spectacle donne au spectateur, presque malgré lui tant les premiers dialogues sont ardus, un sentiment de jubilation croissant.

La mise en scène est sobre et astucieuse. Avec un rétroprojecteur et une échelle, elle crée un monde où les acteurs, deux femmes et trois hommes, tous de noirs vêtus, portent un texte complexe et exigeant, allégé par des dialogues plein d’humour et de références à l’actualité.

Dans la nouvelle version présentée aux Abbesses, la danseuse a disparu. « Mais la danse reste avec des moments de chorégraphie entre les acteurs qui sont des moments de respiration. Et la configuration du plateau de la Manufacture des Abbesses, moins grand que celui du théâtre de Ménilmontant où la pièce avait été montée originellement, a conduit à repenser la mise en scène dans une forme resserrée sur le jeu des acteurs », poursuit Judith Bernard.

Il n’y a pas à proprement parler d’histoire. La teneur philosophique du texte de Frédéric Lordon est restituée par le jeu entre les acteurs qui fait rebondir la parole de l’un à l’autre de façon à désamorcer une dimension qui se voudrait trop intellectuelle. Il s’agit de redonner à chacun la capacité de discuter la finalité du travail mais aussi les modalités de son organisation.

Les questions sont concrètes. De qui réduit-on le salaire quand l’entreprise va mal ? Comment ? De combien ? Comment partage-t-on le travail ? Qui autorise-t-on à la décision ? Comment se fait-il que nous soyons enfermés dans ce rapport hiérarchique qui est l’essence même du rapport salarial dans lequel certains commandent, le petit nombre, pendant que les autres, le plus grand nombre, obéissent ?

Bienvenue dans l’angle alpha traite de la possibilité d’une reprise en main du destin collectif des communautés de travail, comme disent les économistes, donc d’une possible autogestion de la production des biens et des services. Toutefois, l’écologie est absente des débats ; cette charge cinglante et réussie contre son principal ennemi, le néo-libéralisme, fait regretter que Frédéric Lordon n’ait pas encore exercé son esprit aiguisé à l’analyse des ravages du capitalisme sur la planète.

Quant au fameux angle « alpha » qui donne son titre à la pièce, il n’a rien de fumeux. C’est un concept qui représente selon l’économiste, qui l’explique doctement, notre degré de résistance à l’ordre établi. Le mérite de Judith Bernard est de nous le faire comprendre avec astuce et de nous le donner à voir par la magie du théâtre.


Après son succès en début d’année, Bienvenue dans l’angle alpha revient dans une nouvelle version à La Manufacture des Abbesses du 17 au 28 juin 2014.
Infos pratiques : La Manufacture des Abbesses


Source : Philippe Desfilhes pour Reporterre

Images : DR Ada-Théâtre

Première mise en ligne le 10 juin 2014.

Lire aussi : Le merveilleux théâtre qui rend l’écologie populaire

Consulter par ailleurs : La bibliothèque de Reporterre


Cet article a été rédigé par un journaliste professionnel et a entraîné des frais. Merci de soutenir Reporterre :

Info

  • En Belgique aussi. À Bruxelles, une ZAD s’organise contre un projet de méga-prison

    Grégoire Comhaire (Reporterre)

    À Haren, un quartier de Bruxelles, les autorités veulent construire la plus grande prison de Belgique au cœur du Keelbeek, un espace vert de dix-huit hectares. Des opposants ont installé une ZAD sur le site pour protéger ce site naturel et les terres agricoles. Ils contestent la nécessité de nouvelles prisons plutôt que des systèmes alternatifs de justice.

  • Cuba, le pays où l’agroécologie est vraiment appliquée

    Lorène Lavocat (Reporterre)

    Comment passer de l’agriculture intensive à l’agroécologie ? Geoffrey Couanon, réalisateur, s’est rendu à Cuba. L’île a entamé depuis vingt ans une conversion agroécologique, avec des hauts et des bas. Il a rapporté un projet de documentaire, Si se puede !

Tribune

  • Reporterre sans publicité, sans capitalistes, et en accès libre. Il dépend de vous

    Sivens, Roybon, Mille Vaches : Reporterre est là, le premier. Mais aussi sur le climat, les OGM, l’agriculture biologique, le traité transatlantique, les alternatives, la réflexion sur les grands débats écologiques... Le quotidien de l’écologie se développe rapidement, sans publicité, sans capitalistes, et en restant en accès libre. Il dépend de l’appui des lectrices et des lecteurs.

  • Dans le monde, les défenseurs de la terre sont persécutés

    Isabelle Kawka

    Le harcèlement et les persécutions à l’encontre des défenseurs des droits à la terre sont de plus en plus plus féroces. C’est ce que met en lumière un rapport alarmant de l’Observatoire pour la Protection des Défenseurs des Droits de l’Homme, rendu public il y a quelques jours,

  • CHRONIQUE - Décroissant ! Qu’il est difficile d’avoir raison tout seul...

    Vincent Liegey

    Susciter le débat est difficile quand on s’attaque à la société de croissance. « Comment s’ouvrir sans pour autant rompre avec la pertinence de notre pensée ? Comment être radical sans sombrer dans l’extrémisme ? (...) Comment s’ouvrir à l’autre pour ne plus avoir raison tout seul ? Car avoir raison tout seul, c’est avoir tort. »