Accueil > Ecologie > L’heure du choix

Ecologie

L’heure du choix

Hervé Kempf

dimanche 21 février 2010


En 1938, on pouvait considérer M. Hitler comme un homme respectable. En 1960, on pouvait juger que l’Union soviétique gagnerait la guerre froide. En 2010, on peut analyser le changement climatique comme une invention de scientifiques malhonnêtes.

L’histoire est faite de choix. Comment organiser son action en fonction d’une information imparfaite ? Des générations se sont divisées, des hommes se sont trompés, d’autres ont choisi juste. Ceux qui font les bons paris dessinent l’avenir.

Il fallait choisir : Munich ou Londres ; l’URSS ou le monde libre.

Il faut choisir : les climato-sceptiques ou la communauté des climatologues.

La comparaison est-elle exagérée ? Non. La crise écologique – dont le changement climatique n’est qu’un volet – pose à cette génération un défi d’une ampleur historique. En reconnaître l’ampleur permet d’imaginer comment l’enrayer. Du choix que nous ferons dépendra l’équilibre des sociétés humaines de ce siècle. Soit l’on considère le changement climatique comme un défi majeur appelant une mutation profonde de nos sociétés, soit l’on en nie la réalité, et l’on tente de conserver l’ordre établi.

La connaissance du fonctionnement du climat terrestre est-elle parfaite ? Non. Les informations dont nous disposons sont-elles suffisantes pour décider ? Oui. Toutes les questions ne sont pas résolues, tous les débats ne sont pas clos, toutes les recherches ne sont pas achevées. Mais le tableau général prédisant le changement est bien posé et solidement structuré.
Parmi les climato-sceptiques (en France, MM. Allègre, Courtillot, Galam, Gerondeau, Rittaud, etc.), aucun n’a produit un argument suffisamment fort pour passer avec succès le test des procédures de validation scientifique. En revanche, pas une question légitime n’a été mise de côté par les climatologues. Et pour celles qui restent sans réponse, l’investigation continue. Ce que la science nous explique n’est pas un dogme. Mais compte tenu de l’importance de ce qui se joue, les citoyens ont suffisamment d’éléments en mains pour déterminer qui décrit le mieux l’état de la biosphère.

Pourquoi le climato-scepticisme, malgré la faiblesse de son argumentation, trouve-t-il un terrain si favorable à sa prolifération ? Parmi moult explications, une parait décisive. Dès que l’on prend conscience de la gravité du problème écologique, une conclusion finit par s’imposer : pour empêcher le désastre, il faut drastiquement transformer un système qui repose sur une croissance continue de la production matérielle. Changer d’habitudes. Bousculer, aussi, nombre de situations acquises.

Refuser d’admettre ce qu’annoncent les climatologues permet de croire que rien ne changera, que rien ne sera bousculé. C’est pourquoi derrière le climato-scepticisme se décrypte à livre ouvert l’idéologie la plus platement réactionnaire.



Source : Article paru dans Le Monde du 21-22 février 2010.

This article has been translated in English : http://www.truthout.org/decision-ti...

Lire aussi : Allègre, vraiment n’importe quoi. Les preuves http://www.reporterre.net/spip.php?...

Info

  • Le jardin sans pétrole - Dans la brume hivernale, l’émerveillement naît des détails de la nature

    Christine Laurent (Reporterre)

    Jardiner dans la grande ville ? Difficile. Alors Christine s’échappe toutes les fins de semaine, pour maraîcher et observer la nature. - La brume hivernale a recouvert le jardin où règne une atmosphère laiteuse et glaciale. Mais l’émerveillement surgit devant les gouttelettes d’eau de pluie accrochées à la branche d’un arbre et des champignons qu’on croirait venus des fonds marins.

  • Pour lire à Noël : Décroissance et combat contre les multinationales !

    Jean-Pierre Tuquoi (Reporterre)

    Deux livres inspirants pour Noël : dans Vivre la simplicité volontaire. Histoires et témoignages, des interviews de décroissants variées et passionnantes, relatant leur expérience. Et avec Les usurpateurs. Comment les entreprises transnationales prennent le pouvoir, Susan George dresse un réquisitoire convaincant de la mainmise des groupes transnationaux sur nos sociétés.

Tribune

  • Reporterre sans publicité, sans capitalistes, et en accès libre. Il dépend de vous

    Sivens, Roybon, Mille Vaches : Reporterre est là, le premier. Mais aussi sur le climat, les OGM, l’agriculture biologique, le traité transatlantique, les alternatives, la réflexion sur les grands débats écologiques... Le quotidien de l’écologie se développe rapidement, sans publicité, sans capitalistes, et en restant en accès libre. Il dépend de l’appui des lectrices et des lecteurs.

  • Dans le monde, les défenseurs de la terre sont persécutés

    Isabelle Kawka

    Le harcèlement et les persécutions à l’encontre des défenseurs des droits à la terre sont de plus en plus plus féroces. C’est ce que met en lumière un rapport alarmant de l’Observatoire pour la Protection des Défenseurs des Droits de l’Homme, rendu public il y a quelques jours,

  • CHRONIQUE - Décroissant ! Qu’il est difficile d’avoir raison tout seul...

    Vincent Liegey

    Susciter le débat est difficile quand on s’attaque à la société de croissance. « Comment s’ouvrir sans pour autant rompre avec la pertinence de notre pensée ? Comment être radical sans sombrer dans l’extrémisme ? (...) Comment s’ouvrir à l’autre pour ne plus avoir raison tout seul ? Car avoir raison tout seul, c’est avoir tort. »